#Angola #Banque #Barrage #Combustible #Electricite #Ruacana #Namibie
Denys Bédarride
25 juillet 2020 Dernière mise à jour le Samedi 25 Juillet 2020 à 08:30

En Namibie, l’accroissement de la pluviométrie a entraîné une augmentation de 181 % de la production électrique au premier trimestre par rapport aux niveaux enregistrés un an plus tôt. Une performance qui a permis de réaliser des économies en importation d’Électricité et de Combustible.

En Namibie, la production électrique nationale au premier trimestre 2020 a été supérieure de 82 % à la production de toute l’année 2019. Sur une base trimestrielle, elle a été supérieure de 181 % aux performances du 1er trimestre 2019, s’établissant à 778,2 millions de kilowattheures contre 277,4 sur la même période un an plus tôt.

Cette croissance significative est due, selon les autorités, à une augmentation de la réserve d’eau au Barrage hydroélectrique de Ruacana au cours de la période. « Cela est dû à l’importance de la saison des pluies entre janvier et avril 2020 dans le nord de la Namibie et le sud de l’Angola par rapport à la même période en 2019. La résultante en a été que les importations d’électricité ont baissé de 18 % sur une base annuelle », affirme la Banque de Namibie dans son bulletin trimestriel. En outre, le pays a importé 32 % moins d’électricité qu’au premier trimestre 2019.

Cette croissance de la production hydroélectrique a permis la réalisation d’économies dans l’achat d’hydrocarbures pour la production électrique. La consommation de ce type de combustible a en effet baissé de 13 % sur une base trimestrielle.

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.