#Afrique
Denys Bédarride
1 novembre 2020 Dernière mise à jour le Dimanche 1 Novembre 2020 à 15:30

Dans une interview accordée à Reuters, John Nkengasong, directeur d’Africa CDC a annoncé qu’Afreximbank est prête à mobiliser 5 milliards $ pour aider les pays africains à se procurer les futurs vaccins anti-coronavirus.

Dans le cadre de la lutte contre la covid-19, la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) envisage de mobiliser 5 milliards $ en faveur des pays africains. C’est ce que rapporte l’agence de presse Reuters, citant John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

Selon le responsable, les fonds serviront à financer l’achat des futurs vaccins qui seront développés contre la maladie. Cette stratégie vise à suppléer celle de l’OMS jugée insuffisante par les pays africains pour couvrir tous leurs besoins en vaccins.

Alors que les pays les plus riches ont déjà pré-commandé des millions de doses de potentiels vaccins, l’institution onusienne a mis en place le programme COVAX, dont l’objectif est de faire baisser les prix et décourager le stockage de vaccins par les gouvernements. Il vise aussi à contribuer à l’achat et à la distribution aux pays africains d’au moins 220 millions de doses de vaccins approuvés d’ici fin 2021.

Pour John Nkengasong, ce plan sera insuffisant et ne permettra de vacciner qu’entre 8 et 9% de la population africaine, bien loin des 40 à 60 % nécessaires pour l’immunité. Selon lui, il est donc nécessaire d’obtenir des fonds pour acheter des vaccins et ne pas uniquement compter sur l’aide de l’OMS.

« Nous sommes en discussion avec Afreximbank qui dit être prête à réunir jusqu’à environ 5 milliards de dollars pour soutenir des doses supplémentaires de vaccins », a-t-il déclaré lors d’une interview accordée à Reuters.

Pour rappel, selon le dernier bilan de l’OMS, l’Afrique compte au moins 1,6 million de cas de coronavirus pour 1,3 million de guérisons et au moins 40 000 décès. D’après le directeur Nkengasong, Africa CDC a entamé des pourparlers avec le Serum Institute of India pour obtenir jusqu’à 200 millions de doses du vaccin covid-19 développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.