cacao
#Actualite #Cacao #Exportation #Cameroun
Denys Bédarride
28 janvier 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 28 Janvier 2021 à 11:24

Confronté aux accusations de déforestation et de travail infantile, le cacao doit se refaire une virginité sur un marché de plus en plus friand de chocolat éthique. Quatrième producteur mondial de cacao, le Cameroun prend la mesure de la traçabilité dans la filière.

A la faveur de la mise en place du cadre d’action pour un cacao durable et sans déforestation, le 13 janvier 2021, dans la capitale camerounaise, entre le gouvernement, les opérateurs privés, les partenaires internationaux et la société civile, le Cameroun s’engage à garantir, dès 2025, « une traçabilité complète » des fèves produites dans le pays, à partir des plantations jusqu’au port d’exportation.

Cette mesure, apprend-on du communiqué officiel ayant sanctionné la signature du cadre d’action, a pour but de « renforcer le respect des droits des cacaoculteurs et des communautés et, enfin, de faciliter leur accès à un revenu décent », comme le recommande le commerce équitable.

Concrètement, la traçabilité du cacao permettra de renseigner l’acheteur sur le respect des bonnes pratiques par les producteurs, la non-utilisation des enfants dans la production et le respect de l’environnement, ce qui engendrera une meilleure rémunération des producteurs par des acheteurs de plus en plus exigeants sur ces aspects.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.