ramaphosa
#Actualite #Decideurs #Politique #Sante #AfriqueDuSud
Agence Ecofin
9 août 2021 Dernière mise à jour le Lundi 9 Août 2021 à 10:51

Le président sud-africain a pris ses responsabilités face aux destructions, pillages et autres violences qui ont touché la nation arc-en-ciel ces dernières semaines, à la suite de l’incarcération de Jacob Zuma.

Cyril Ramaphosa a remanié son gouvernement en profondeur, le 5 août. Dix ministères sont concernés, notamment les Finances, la Sécurité de l’Etat et la Santé. C’est la première fois depuis son élection en 2019. Le ministère de la Sécurité de l’Etat a été tout simplement supprimé, emporté par son impuissance lors des récents troubles sécuritaires.

Cette charge est désormais directement rattachée à la présidence de la République. Pour Ramaphosa, « les services de renseignement, intérieur et extérieur, permettent au président d’exercer plus efficacement sa responsabilité de protéger la sécurité et l’intégrité de la nation ».

A la Santé, Zweli Mkhize, maintenant ancien ministre, était enlisé dans un scandale de corruption. Le président Ramaphosa a indiqué qu’il a demandé à « quitter son poste pour apporter de la stabilité à cette fonction importante ». Début juin, Zweli Mkhize avait été placé en « congé spécial » dans la foulée de l’ouverture d’une enquête pour corruption contre deux de ses proches.

Des contrats publics de communication liés à la lutte contre la pandémie leurs auraient été attribués irrégulièrement. Médecin de formation, il avait été largement apprécié pour sa réactivité face à la Covid-19. Pour sa part, Tito Mboweni quitte le département des Finances après avoir « navigué à travers une période économique particulièrement difficile », selon Ramaphosa.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *