analyse eco
#Actualite #Economie #Investissements #Nigeria
Agence Ecofin
9 décembre 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 9 Décembre 2021 à 14:56

Depuis quelques années, le Nigeria a entamé des efforts de diversification de son économie que l’impact de la pandémie sur la collecte des recettes a accélérés. Le développement du secteur minier est essentiel dans cette stratégie et le gouvernement cherche donc des investisseurs.

Le Nigeria a obtenu une promesse d’investissement de 2 milliards de dollars de la part des Emirats arabes unis, au cours de l’Exposition universelle de 2020 qui se tient depuis le 1er octobre dernier à Dubaï. C’est ce qu’a annoncé cette semaine Etore Thomas, responsable du département des relations publiques du gouvernement fédéral, citant le ministre des Mines et du Développement de l’acier Uchechukwu Sampson Ogah.

Selon la presse locale, ces fonds serviront principalement à la valorisation des ressources minérales du pays ouest-africain, que le ministre est allé promouvoir lors de l’Exposition. « Je dois avouer qu’il ne peut y avoir de meilleure plateforme pour présenter le sous-secteur de l’or du Nigeria que cette plateforme avec des organisations et des investisseurs mondiaux notables, des sociétés de valorisation des minéraux, des institutions financières mondiales, des sociétés de négoce de produits de base », a-t-il notamment déclaré.

Si davantage d’informations seront disponibles sur la méthode d’utilisation des fonds et les projets concernés après la signature formelle de l’accord entre les deux pays, on peut déjà s’attendre à ce que l’or soit la priorité en raison de l’intérêt que lui porte le gouvernement nigérian. On note en effet de nombreux efforts pour accroitre les revenus générés par le secteur avec, par exemple, la construction de raffineries pour assurer la transformation locale et lutter contre l’exploitation artisanale illégale du métal jaune.

Le président Muhammadu Buhari espère que ces réformes permettront bientôt à l’Etat d’engranger annuellement 500 millions de $ en redevances et taxes minières. D’autres minéraux devraient aussi être concernés, comme en témoigne le soutien des autorités au développement du projet de fer Agbaja qui devrait aboutir à la construction d’une aciérie locale.

Le pays héberge des réserves de minerai de fer de plus de 2 milliards de tonnes, mais également une variété rare de nickel, du cuivre et du charbon.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.