#Cameroun
Denys Bédarride
16 mars 2020 Dernière mise à jour le Lundi 16 Mars 2020 à 11:30

Les ministères en charge de l’Agriculture et de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales annoncent le lancement officiel du recrutement de 3250 jeunes camerounais des deux sexes, âgés de 18 à 35 ans, dans 88 centres de formation agropastorale et rurale publics et privés du pays, les 2 et 3 avril 2020.

La formation offerte vise à développer chez les apprenants les compétences suivantes : la gestion de l’exploitation et son analyse systémique, la gestion de ressources naturelles, la conduite des productions (agriculture, élevage et pisciculture), la transformation, la commercialisation, la communication en milieu professionnel et l’éducation socioculturelle.

« Tout au long de la formation, l’apprenant est accompagné à l’élaboration de son projet d’insertion professionnelle et pourra bénéficier de l’accompagnement de son centre de formation pour sa réalisation », explique l’avis du concours que s’est procuré Investir au Cameroun.

Le test de sélection comporte les épreuves écrites (culture générale, dictée, mathématiques, compréhension de texte) suivies d’un entretien oral individuel. La date limite de dépôt des dossiers de candidature dans le centre de formation sollicité est fixée au plus tard le 1er avril 2020.

Les dossiers de candidatures comprennent les pièces suivantes : une demande manuscrite adressée au directeur du centre, une lettre de motivation manuscrite, une lettre de parrainage signée par un parrain qui s’engage à suivre le jeune apprenant pendant sa formation, et durant la phase d’insertion, une photocopie de l’acte de naissance, une copie certifiée conforme de la carte nationale d’identité, une certificat médical d’aptitude physique aux activités agropastorales, et une copie certifiée conforme du certificat d’études primaires ou le First School Leaving Certificate ou autres diplômes supérieurs.

Ce recrutement de 3250 camerounais entre dans le cadre du Programme d’appui à la formation professionnelle agropastorale et halieutique (PCP-Afop), piloté par les ministères de l’Agriculture et de l’Élevage. L’un des objectifs du programme Afop est de montrer qu’être agriculteur n’est pas « juste » une activité familiale de subsistance, mais peut être aussi une profession à part entière ; un métier qui nécessite une formation.

Après deux ans d’apprentissage chaque jeune formé, élabore son projet d’installation. Une fois validé, le porteur de projet bénéficie d’une subvention de 1,5 million FCFA pour procéder à la mise en place de son installation agricole.

Source Agence Ecofin mars 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.