#GuineeEquatoriale
Denys Bédarride
30 mars 2020 Dernière mise à jour le Lundi 30 Mars 2020 à 08:30

« Le ministère des Mines et des Hydrocarbures a décidé à l'unanimité de renoncer à ses frais venant des sociétés de services pour une durée de trois mois », a déclaré S.E. Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures. « Nous reconnaissons que le secteur pétrolier continue d'être le plus grand employeur du secteur privé du pays et voulons donner à nos sociétés de services locales les moyens de traverser la tempête et d'éviter la perte d'emplois. Bien qu'il soit important de laisser les forces du marché déterminer l'avenir, le gouvernement a un rôle à jouer pour stimuler le marché et créer un environnement permettant à ces entreprises de rester fortes, de continuer à investir et de créer des opportunités pour nos citoyens », a-t-il ajouté.

La sécurité de l’emploi et celle des citoyens de la Guinée équatoriale ont été placées en tête des priorités du MMH, qui s’est en outre engagé à continuer de collaborer avec les entreprises locales et internationales pour créer le type d’environnement propice au fonctionnement et à la croissance du secteur malgré la situation actuelle.

Les opérateurs internationaux devront continuer à se conformer aux exigences de contenu local en Guinée équatoriale tout au long de la récession, et veiller à travailler avec l’industrie des services locale pour s’adapter à la nouvelle dynamique du marché. Il s’agit de la première mesure de ce type à être prise en Guinée équatoriale, qui envisagera des mesures supplémentaires pour soulager son secteur pétrolier et gazier.

La pandémie de coronavirus en cours a stoppé l’économie mondiale et a gravement affecté la demande de pétrole. En conséquence, les prix ont été ramenés à leurs plus bas niveaux depuis 1991, ce qui entraîne une instabilité considérable pour les producteurs de pétrole africains du golfe de Guinée.

Hier, une équipe du projet d’élimination du paludisme de l’île de Bioko (BIMEP) et du centre de recherche de Baney Lab a informé le ministre Obiang Lima des progrès de l’essai du vaccin contre le paludisme et des tests de coronavirus en cours dans l’établissement. Le ministre a informé l’équipe que le laboratoire sera modernisé avec de nouveaux équipements pour répondre aux besoins actuels de 1 200 000 résidents, et s’est engagé à acheter 1 200 000 kits de laboratoire pour le coronavirus afin que le ministère de la Santé puisse traiter efficacement tous les futurs cas potentiels et être prêt à tout scénario possible.

Source : APO Group pour African Energy Chamber.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.