#Coronavirus #Europe #Exportation #PIB #Kenya
Denys Bédarride
6 juillet 2020 Dernière mise à jour le Lundi 6 Juillet 2020 à 18:30

Selon les estimations récentes, la filière perd chaque jour environ 100 millions de shillings (939 000 $) en raison des conséquences de la pandémie.

Au Kenya, l’industrie horticole continue de souffrir de la crise du coronavirus. En effet, selon une étude du cabinet local Scope Markets Kenya, le secteur perd quotidiennement 100 millions de shillings (939 000 $) en raison des effets de la pandémie.

Ce montant reste inférieur au manque à gagner estimé quotidiennement en avril et en mai (3,3 millions $) grâce au relâchement des mesures de restriction en Europe qui a stimulé la demande. D’après le cabinet, cette relative embellie pourrait être de courte durée si la maladie continue à prendre de l’ampleur dans les prochains mois.

« Les fermes kenyanes ont déjà réduit drastiquement leurs volumes d’Exportation de 50 %. Si la situation ne s’améliore pas prochainement, plusieurs compagnies pourraient tout simplement mettre la clé sous la porte », alerte la firme.

Selon les estimations du Consortium kenyan des produits frais (FPC), la récolte horticole est attendue en baisse de 20 à 30 % durant le mois de juin.

Le secteur horticole a généré en 2019, 1,3 milliard $ et fournit 30 % du PIB agricole du Kenya.

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.