#Angola #Dechets #Electricite #Emplois #Femmes #Senegal #Tunisie #Afrique
Denys Bédarride
24 juillet 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 24 Juillet 2020 à 18:30

L’acteur français Samuel Le Bihan a créé en 2014 Earthwake - Solutions pour la réduction des déchets plastiques, une association dont le but est de lutter contre la pollution plastique, principalement en Afrique. Il explique son projet au Sénégal au micro d’Ecomnews Afrique.

C’est de la rencontre entre Samuel Le Bihan et Christofer Costes, inventeur de solutions technologiques, qu’est née l’idée de la Chrysalis : une machine permettant aux populations de traiter la pollution en amont, en valorisant les déchets plastiques.

Basée sur la pyrolyse, une combustion sans oxygène bien connue, la Chrysalis est la première machine permettant de recycler les déchets plastiques en carburant, dans un format réduit, mobile, et pour un prix abordable. Elle est capable de produire 120 litres de diesel à partir de 160 kilos de déchets.

« Cela permet d’alimenter un générateur, donc de créer de l’Électricité. Et l’électricité c’est l’accès aux développement économique, au savoir, à la création d’Emplois. C’est essentiel dans les villages reculés d’Afrique ».

L’acteur et son association ont un projet au Sénégal avec la société Proplast Industrie.

« Ce sont des Femmes qui se sont emparées du problème dans leur ville, elles n’en pouvaient plus des Déchets plastiques, donc elles ont crée une coopérative où elles ramassent les déchets, les nettoient, les broient et les revendent. Les machines qu’elles emploient consomment beaucoup d’électricité. L’idée est de pouvoir faire baisser ce coût pour être plus compétitives sur la revente du plastique. Au printemps prochain, nous irons leur offrir une machine pour continuer à mener cette expérience et voir comment la machine réagit aux conditions africaines » explique Samuel le Bihan.

Plus de 8 millions de tonnes de plastiques ménagers continuent de se déverser chaque année dans les océans, en provenance à 80%, des terres émergées !

En plus du Sénégal, cette innovation pourrait être exportée en Tunisie, en Angola et en Afrique du Sud.

https://www.youtube.com/watch?v=cSI57xyr2PU

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.