#Namdini #Ghana
Denys Bédarride
26 août 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 26 Août 2020 à 18:30

Des ressources considérables, une capacité de production de plusieurs millions d’onces d’or sur plus d’une décennie et des bénéfices potentiellement énormes. Au Ghana, le projet aurifère qui défraie la chronique depuis plusieurs mois est le projet Namdini, propriété de Cardinal Resources, une société doublement cotée (en Australie et au Canada).

Le potentiel de cet actif, présenté comme l’un des plus prometteurs en Afrique de l’Ouest, est devenu encore plus évident dans le contexte de crise sanitaire que vit le monde depuis plusieurs mois. Si plusieurs matières premières ont pâti de la pandémie, le prix de l’or est le seul à affoler les compteurs.

Il n’en fallait pas plus pour que le géant minier russe Nordgold, qui détient déjà plusieurs mines d’or en Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Guinée), et le groupe chinois Shandong Gold, d’une capitalisation boursière de 14,5 milliards $ (au 18 juin 2020), jettent leur dévolu sur ce projet prometteur. Les deux compagnies se livrent une lutte acharnée pour racheter Cardinal Resources et prendre de facto le contrôle du projet.

Récit d’un roman d’espionnage : https://www.agenceecofin.com/or/2108-79383-ghana-bras-de-fer-entre-chinois-et-russes-pour-le-controle-de-l-or-de-namdini?utm_source=newsletter_12996&utm_medium=email&utm_campaign=ecofin-telecom-21-08-2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.