#Covid19 #Entreprise #Kigali #Medicaments #Rwanda
Denys Bédarride
28 août 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 28 Août 2020 à 10:30

L’entreprise pharmaceutique, Apex Biotech, va lancer les activités de sa première usine rwandaise dès le mois de septembre. La nouvelle entreprise dont le personnel sera composé à 80% de Rwandais vise à réduire la dépendance du Rwanda à l’égard des pays étrangers en matière de produits médicaux.

C’est un nouveau cap que franchira le Rwanda dans le processus d’autonomisation de son secteur sanitaire. Le pays s’apprête en effet à lancer les activités d’Apex Biotech, la première entreprise accréditée pour la fabrication de produits pharmaceutiques made in Rwanda.

La société codétenue par des investisseurs rwandais et bangladais est établie dans la zone économique spéciale de Kigali. Lancée il y a quelques années, l’ouverture de l’usine initialement prévue pour le mois d’avril a dû être reportée en raison de la pandémie de Covid19.

Le démarrage des activités de l’usine rwandaise d’Apex Biotech intervient dans un contexte de crise sanitaire qui a mis en exergue la nécessité pour le Rwanda de moins dépendre de l’extérieur pour ses besoins en produits pharmaceutiques. On estime entre autres que l’importation de quasiment tous les médicaments consommés sur le marché local contribue grandement à creuser le déficit commercial du pays que le gouvernement essaye de combler depuis plusieurs années.

Ainsi, grâce à sa capacité annuelle de production de 800 millions de paquets de comprimés, 200 millions de capsules, 8 millions de bouteilles et 5 millions de sachets de solutions de réhydratation orale (SRO), les autorités rwandaises s’attendent à réduire la facture des importations de Médicaments de 10 à 20 %.

« Nous pensons maintenant que les opérations vont commencer à la mi-septembre, car tout est en place. Les matières premières sont sur le terrain, et les machines sont déjà installées », a déclaré au New Times Rwanda, Herbeton Madari, cofondateur d’Apex Biotech. Et d’ajouter : « nous commençons avec 10 médicaments et nous ajouterons progressivement d’autres, tout en augmentant progressivement la capacité/échelle de production […] Dans les six mois, nous produirons les 34 articles à une échelle beaucoup plus grande ».

D’après les responsables du projet, 80% du personnel est prévu pour être recruté parmi les travailleurs rwandais tandis que les 20% restants seront constitués de cadres expatriés qui formeront la main-d’œuvre locale. Dans le but de répondre également aux besoins du marché de l’Afrique de l’Est, le pays devrait bientôt inaugurer une deuxième usine pharmaceutique, développée cette fois-ci par le groupe marocain Cooper Pharma.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.