#Charbon #Environnement #Maasaimau #Kenya
Denys Bédarride
2 septembre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 2 Septembre 2020 à 18:30

Ces barrières permettront d’accélérer la plantation des 10 millions d’arbres prévus. Jusqu’ici, 1,4 million d’arbres ont été plantés dans le cadre de la réhabilitation de la forêt.

Au Kenya, le projet de restauration de la forêt de Maasaimau se poursuit. 1,4 million d’arbres sur les 10 millions prévus ont déjà été plantés dans le complexe qui est l’un des poumons verts du pays.

Au cours de la première phase du projet, 4451 hectares de forêt ont été réhabilités dans les zones de Nkoben et de Kosi. Les opérations de replantation d’arbres sont toujours en cours, selon Julius Kamau, le conservateur en chef de la Kenya Forest Service, l’organisme public en charge des forêts.

La Kenya Water Towers Agency vient de lancer à cet effet un appel d’offres pour la mise en place d’une clôture électrique autour d’une partie de la forêt. « Ces zones ont été complètement dégradées et ne peuvent être restaurées par régénération naturelle, d’où la nécessité de clôturer pour faciliter la réintroduction des arbres », a affirmé l’Autorité nationale de gestion de l’Environnement dans un communiqué.

La barrière a pour rôle d’empêcher les grands mammifères de sortir de la réserve pour détruire les cultures, et de protéger la forêt contre les activités humaines. En effet, l’installation des communautés humaines et la production du Charbon de bois ont été à la base de la dégradation de la forêt de Maasai Mau au cours des dernières années.

Sa restauration entre dans le cadre de la politique climatique du gouvernement kényan qui prévoit de faire passer le couvert végétal de 7,2 % actuellement à 10 %, d’ici 2022.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.