#Kenya
Denys Bédarride
15 septembre 2020 Dernière mise à jour le Mardi 15 Septembre 2020 à 08:30

Ce financement soutiendra le projet intégrationniste « HoAGDP » qui prévoit notamment la modernisation d’infrastructures le long du corridor routier régional Isiolo-Mandera qui traverse la région du Nord-Est.

Le Kenya bénéficiera d’un nouveau financement de 750 millions $ de la Banque mondiale. C’est ce qu’a annoncé l’institution dans un communiqué publié le mardi 8 septembre 2020.

Il s’inscrit dans le cadre du projet de développement de la porte d’entrée de la Corne de l’Afrique (HoAGDP) qui vise à accélérer l’intégration en Afrique de l’Est à travers le développement de couloirs de transport régionaux dans la région.

Les fonds permettront de financer la modernisation de 365 kilomètres du corridor routier régional Isiolo-Mandera (qui traverse la région du Nord-Est du Kenya) et de 30 kilomètres de routes d’embranchement.

A ces travaux, s’ajouteront la mise en œuvre de systèmes de gestion des frontières et la construction de postes-frontières pour faciliter les échanges, la fourniture d’infrastructures socio-économiques de base pour les communautés vivant le long du corridor, le renforcement des institutions ainsi que des mesures d’intervention d’urgence en cas de catastrophe ou de désastre pendant la durée du projet.

Grâce à ce programme, les autorités espèrent attirer de nouveaux investissements dans la région, doper le commerce régional et créer des emplois. En améliorant la circulation des personnes et des biens, la connectivité numérique et l’accès aux services sociaux, il devrait bénéficier à plus de 3,2 millions de personnes vivant dans la région du Nord-Est au Kenya.

« Le potentiel du Nord-Est du Kenya en tant que zone de transit et de facilitation du commerce régional n’est actuellement pas pleinement exploité. Ce projet transformateur permettra d’intégrer la région et de renforcer la sécurité, l’inclusion et le sens de l’équité ; ce que les communautés vivant dans cette région mal desservie du pays souhaitent depuis longtemps » souligne Josphat Sasia, un expert de la Banque mondiale.

Notons que le programme prévoit également la pose d’un câble à fibre optique le long des 740 kilomètres de l’ensemble du corridor Isiolo-Mandera avec des embranchements pour les communautés locales.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.