#Coronavirus #Croissance #Fmi #Kenya
Denys Bédarride
16 septembre 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Septembre 2020 à 10:30

Après avoir annoncé une contraction économique de 0,3% pour le pays en juin, le FMI va revoir à la hausse ses perspectives de croissance 2020 pour le Kenya. Cette situation est due à une résilience à la covid-19 plus forte que prévu de l’économie kényane plus précisément dans le secteur horticole.

Le Fonds monétaire international (FMI) va réviser à la hausse ses perspectives de croissance 2020 pour le Kenya. C’est ce qu’a annoncé le mercredi 9 septembre, Tobias Rasmussen, représentant résident du FMI au Kenya lors d’une conférence virtuelle.

Alors que la crise du Coronavirus avait assombri les perspectives économiques du pays et poussé le FMI à tabler sur une croissance négative à -0,3% pour cette année, l’institution de Bretton Woods a noté une certaine résilience de l’économie kényane à la pandémie.

En effet, d’après l’Agence nationale des statistiques, l’industrie florale du Kenya qui est l’un des principaux fournisseurs de l’Europe, a vu ses recettes d’exportation augmenter en juillet, tout comme celles du thé et des fruits par rapport à l’année dernière. Après s’être effondrée au début de l’année, la demande internationale pour les fleurs coupées du pays a déjà retrouvé 85 % de son niveau d’avant la pandémie.

« Nous avons constaté un redressement de la plupart des indicateurs d’activité […] En regardant les chiffres du Kenya, il est juste de dire que les dépassements ici ont été jusqu’à présent meilleurs que ce que nous attendions au FMI », a indiqué Tobias Rasmussen.

Suite à cette amélioration du secteur agricole, le bureau du budget du Parlement kényan a d’ailleurs révisé ses perspectives de croissance entre 1% et 2 % alors qu’elles se situaient entre 1% et 1,5% en avril.

Alors que la croissance économique de l’Afrique subsaharienne est attendue à -3,2% cette année d’après le FMI, le Kenya pourrait être l’un des seuls pays de la région à maintenir une croissance positive, entre autres grâce à une meilleure diversification de ses sources de revenus et ce, après avoir refusé d’adhérer à l’initiative d’allègement de la dette lancée par le G20.

D’après Tobias Rasmussen, les nouveaux changements devraient être pris en compte par le FMI dans son rapport actualisé sur les perspectives économiques mondiales qui sortira le mois prochain.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.