#Nigeria
Denys Bédarride
25 octobre 2020 Dernière mise à jour le Dimanche 25 Octobre 2020 à 19:30

En septembre 2020, la croissance des prix à la consommation a atteint 13,7% au Nigeria en glissement annuel. Cette hausse, la treizième mensuelle consécutive, est due aux mesures protectionnistes de fermeture des frontières et de restrictions des importations mises en place depuis 2019 par Abuja.

Au Nigeria, l’inflation continue de s’accélérer pour atteindre des niveaux situés bien au-delà des prévisions des analystes. Selon le Bureau national des statistiques du Nigeria, le taux d’inflation a atteint les 13,7% en septembre par rapport à l’année précédente.

Cette hausse des prix à la consommation, fortement visible dans le secteur des denrées alimentaires, est sur une pente ascendante depuis 13 mois. Pour la plupart des analystes, elle est due à la mesure de fermeture des frontières terrestres avec les pays voisins, et plus précisément le Bénin, mise en œuvre par Abuja en août 2019 censée mettre fin à la contrebande de produits alimentaires, dont le riz.

A cela s’ajoute l’interdiction faite à la Banque centrale de fournir des devises étrangères pour l’importation des engrais et de la nourriture.

Même si les autorités nigérianes présentent ces mesures protectionnistes comme des solutions nécessaires pour relancer l’économie du pays, elles semblent pour l’instant assez contreproductives sur le terrain, car rendant difficile le quotidien de nombreux Nigérians.

En pleine crise de covid-19, cette stratégie semble encore plus difficile à tenir, tant les besoins se font grandissants. Pour plusieurs analystes, la croissance des prix pourrait même atteindre les 18% en glissement annuel au deuxième trimestre 2021. Elle était de 13,2% en août.

Rappelons qu’en septembre 2020, la Banque centrale du Nigeria a réduit son principal taux directeur de 100 points de base à la surprise générale, alors que la croissance des prix a déjà dépassé le niveau maximal de 9% fixé depuis 2015.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.