#Rwanda
Denys Bédarride
13 novembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 13 Novembre 2020 à 19:30

Sur un objectif de 359 millions $, le Rwanda a mobilisé 380 millions $ de recettes fiscales pour le premier trimestre de l’année fiscale 2020/2021.
Cela est dû à une reprise rapide de l’activité des entreprises et à une augmentation de la TVA perçue, malgré la pandémie de covid-19.

Au cours de l’exercice budgétaire 2020/2021, le Rwanda devrait renouer avec les bonnes performances fiscales de ces dernières années. Le 4 novembre, Pascal Bizimana Ruganintwali, commissaire général de la Rwanda Revenue Authority (RRA) a déclaré que 371,5 milliards de francs rwandais (RWF) soit 380 millions $ de recettes fiscales ont été mobilisés pour le premier trimestre de l’exercice fiscal en cours.

Il s’agit d’un taux de recouvrement de 105,8% par rapport aux objectifs de 351,2 milliards RWF, initialement fixés par les autorités. En pleine pandémie de covid-19 qui a ralenti considérablement l’activité des entreprises (touristiques notamment) dans le pays, cette bonne performance offre des perspectives intéressantes pour la reprise économique.

En juillet 2020, la RRA a indiqué n’avoir réussi à mobiliser que 93% des recettes pour l’année fiscale 2019/2020 et s’attendait même à une baisse de 10% des performances pour 2020/2021.

D’après le commissaire Ruganintwali, la bonne performance enregistrée au premier trimestre de l’année fiscale en cours est le résultat d’une stratégie d’augmentation de la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) perçue par l’institution.
« Nous avons fait beaucoup d’efforts dans le domaine de la technologie, par exemple en garantissant l’utilisation de l’EBM (machine de facturation électronique) par les contribuables, en particulier sur les marchandises importées et les industries. Cela a permis de limiter l’évasion fiscale », a-t-il indiqué dans des propos relayés par le New Times.

A cela s’ajoute la réouverture assez rapide des entreprises dans le cadre de la levée des mesures restrictives imposées en mars pour ralentir la propagation de la pandémie. Ainsi, les sociétés ont recommencé assez tôt à payer leurs impôts.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.