#Croissance #Fmi #Kenya
Denys Bédarride
29 novembre 2020 Dernière mise à jour le Dimanche 29 Novembre 2020 à 11:30

Le Fmi est en discussion avec le Kenya pour la conclusion d’un accord de facilité élargie de crédit sur 3 ans qui pourrait porter sur un montant de 2,3 milliards $. Il vise à accélérer la reprise économique du pays est-africain touché par la covid-19.

Le Kenya négocie la mise en place d’un nouveau programme financier de trois ans et demi avec le Fonds monétaire international (FMI). C’est ce qu’a annoncé l’institution dans un communiqué publié sur son site.

Le nouveau programme qui devrait être réalisé sous la forme d’un accord de facilité élargie de crédit (FEC) vise à faciliter la reprise économique du pays est-africain, après les contrecoups de la pandémie de covid-19.

« Ce programme fournirait des ressources pour protéger les groupes vulnérables et réduirait la vulnérabilité de la dette au fil du temps, grâce à un assainissement budgétaire pluriannuel centré sur l’augmentation des recettes fiscales. Il permettrait également de faire avancer le programme de réformes structurelles et de gouvernance et de remédier aux faiblesses de certaines entreprises d’Etat qui ont été exacerbées par le choc covid-19 », déclare le communiqué du FMI.

Selon le ministre des Finances, Ukur Yatani, le programme portera sur un financement total de 2,3 milliards $. Si un accord définitif n’a pas encore été annoncé, certains points d’entente ont déjà été trouvés et le responsable s’attend au déboursement d’une première tranche de 725 millions $ au début de l’exercice financier prochain, soit à partir de juin 2021.

Pour rappel, les prévisions indiquent que le Kenya sera l’un des rares pays africains à maintenir une croissance économique positive en 2020, même si elle devrait se situer en dessous de 1%. Alors que le pays n’a toujours pas adhéré au programme d’allègement de la dette des pays du G20, les autorités négocient notamment un prêt avec la Banque mondiale pour soutenir l’économie nationale.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.