#Coronavirus #Kenya
Denys Bédarride
4 décembre 2020 Dernière mise à jour le Vendredi 4 Décembre 2020 à 19:30

Selon la Banque mondiale, cette situation est essentiellement liée aux mesures restrictives qui ont mis en danger les activités des entreprises et de nombreux emplois.
La pandémie de covid-19 a poussé au moins deux millions de Kényans dans la pauvreté. C’est ce qu’a annoncé la Banque mondiale dans un communiqué publié le 25 novembre.

Dans son nouveau « Kenya Economic Update », l’institution indique que les mesures visant à réduire la propagation du virus ont entraîné une baisse des activités des entreprises qui s’est traduite par des réductions d’emploi. Cette situation a provoqué une baisse du revenu des ménages, et a quasiment doublé le taux de chômage du pays.

« Les travailleurs salariés – et surtout les femmes – qui ont encore un emploi sont confrontés à une réduction de leurs heures de travail et de leurs revenus. Près d’une entreprise ménagère sur trois n’est pas en activité à l’heure actuelle, les revenus diminuant dans tous les secteurs », souligne le communiqué de la Banque.

Cependant, ces derniers mois, le Kenya a enregistré une amélioration progressive de son économie. Celle-ci a repris des couleurs après la levée des restrictions mises en œuvre à partir du mois de mars. Désormais, le pays s’attend à maintenir une croissance positive même si elle devrait rester en dessous de 1%.

« Le Kenya a fait des progrès considérables en matière de réduction de la pauvreté au cours des dernières années, mais la covid-19 a détruit les moyens de subsistance de nombreux Kényans, poussant environ deux millions de personnes dans la pauvreté […] Une réponse rapide et bien ciblée est nécessaire pour protéger les moyens de subsistance et éviter d’enfermer davantage de personnes dans la pauvreté à long terme », a déclaré Utz Pape, économiste à la Banque mondiale.

Pour atténuer cette situation, l’institution de Bretton Woods recommande une intensification des politiques d’aides aux entreprises en difficulté ainsi qu’un renforcement des moyens de subsistance des populations. Depuis quelques semaines, les autorités kényanes ont d’ailleurs mis en place un programme de transfert d’argent à l’intention des populations les plus touchées par la pandémie.

Rappelons que selon le dernier bilan de l’Union africaine, le Kenya compte 80 102 cas confirmés de covid-19 pour 1427 morts et 53 526 guérisons.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.