#Djibouti
Denys Bédarride
6 décembre 2020 Dernière mise à jour le Dimanche 6 Décembre 2020 à 11:30

D’une valeur de 200 millions d’euros, la construction du premier chantier naval de Djibouti, lancée il y a 3 jours par le président Ismaïl Guelleh, vise à faire du pays un hub du commerce maritime en Afrique.

En plus de fournir des services de réparation, d’entretien et de maintenance des gros navires, le chantier naval sera également constituée d’une cale sèche capable de traiter des navires gros porteurs. En outre, il proposera la fourniture d’hélices, de gouvernails, ainsi que des réparations moins lourdes comme celles des pompes, moteurs ou encore systèmes de navigation.

La pose de la première pierre du chantier naval a été effectuée le 26 novembre par le président Djiboutien, Ismaïl Guelleh. « Ce futur chantier naval intègre la chaîne d’édifices et de prestations connexes de services dont notre pays doit impérativement disposer au regard de notre choix judicieux de faire dériver l’essentiel de nos économies des activités liées à la mer », a précisé le président selon des propos rapportés par l’Agence djiboutienne d’information.

D’une valeur de 200 millions d’euros, il sera financé et construit sur une période de 2 ans par la société néerlandaise Damen Shipyard, en collaboration avec l’Autorité des ports et des zones franches de Djibouti (APZFD). Elle se chargera également de la formation d’ingénieurs qui seront recrutés pour travailler sur le chantier. A cet effet, il permettra la création de 3500 emplois directs et indirects au sein des populations locales.

Le pays qui compte 6 ports maritimes envisage également la construction d’une dizaine d’autres pour atteindre son ambition de devenir un hub maritime majeur du continent.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.