telecommunication
#Actualite #AnalyseEconomique #Economie #Telecommunication #Telecoms #Nigeria
Denys Bédarride
2 mars 2021 Dernière mise à jour le Mardi 2 Mars 2021 à 12:40

Les restrictions induites par la Covid-19 au Nigeria ont suscité une flambée de la consommation des télécommunications en 2020. Les effets de cette boulimie se font ressentir sur l’économie nationale.

Le Bureau national des statistiques (NBS) du Nigeria, dans son « Nigerian Gross Domestic Product Report (Q4 & Full Year 2020) » publié ce mois de février, dévoile que le secteur des télécommunications a pesé pour 15,9% du produit intérieur brut (PIB) du pays en 2020.

Cette contribution était de 11,41% en 2019. En valeur, elle s’élève à 13 297 918,22 millions de nairas (34,8 milliards USD) sur les 152 324 070,59 millions de nairas (399,5 milliards USD) que représente le PIB national en 2020.

Le 22 février, la Commission des communications du Nigeria (NCC) affirmait que « l’industrie des télécommunications du Nigeria est l’un des secteurs dont les performances ont permis au pays de sortir de la récession […] La tendance à la croissance depuis 2015 a réveillé l’espoir que les rêves de diversification économique du pays pourraient enfin être une réalité alors que le secteur continue de dynamiser des activités économiques importantes dans le secteur des services de l’économie ».

Depuis la crise du coronavirus, les institutions gouvernementales, les entreprises et les particuliers se sont fortement appuyés sur les services de télécommunications pour assurer la continuité de leurs activités.

Le taux de pénétration des services télécoms est passé de 96,76% en décembre 2019 à 107,18% en décembre 2020.

Le taux de pénétration du haut débit en particulier est passé de 37,80% en décembre 2019 à 45,02% en décembre 2020. Pour les prochaines années, la NCC s’engage à poursuivre les investissements dans le secteur des télécommunications qui se chiffrent à plus de 70 milliards USD depuis 2015.

Le régulateur télécoms est certain qu’ils garantiront la robustesse et la stabilité du secteur afin qu’il anime l’agenda de l’économie numérique du gouvernement fédéral et soutienne davantage la croissance économique du pays.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.