coton2
#Agriculture #Coton #Economie #Exportations #Industrie #CoteDIvoire
Agence Ecofin
21 avril 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 21 Avril 2021 à 16:03

En Côte d’Ivoire, la transformation locale du coton est un véritable défi. Alors que la production a évolué rapidement ces dernières années, ce segment reste encore à ses balbutiements en dépit d’un énorme potentiel de développement.

En Côte d’Ivoire, les expéditions de produits de coton à valeur ajoutée ont reculé en 2020. Selon le dernier rapport du Département américain de l’agriculture (USDA) sur la filière cotonnière ivoirienne, la valeur des exportations de tissus en coton a atteint 23,3 millions $, soit environ 13 milliards Fcfa en 2020.

Ce montant s’inscrit en baisse de 8 % par rapport au résultat de la saison dernière (25,3 millions $) et reste très loin du record de 34,2 millions $ enregistré en 2014.

En dépit de cette contreperformance, l’institution indique que la nation éburnéenne reste l’un des piliers dans le commerce de produits tissés dans la sous-région ouest-africaine avec la quasi-totalité de ses marchandises qui a été absorbée par ses pays voisins.

Parmi les principales destinations figurent la Guinée (4,9 millions $), le Bénin (4,3 millions $), le Burkina Faso (4,1 millions $), le Niger (3,7 millions $) et le Togo (1,5 million $).

Plus globalement, il faut noter qu’en Côte d’Ivoire comme dans les autres pays producteurs d’Afrique de l’Ouest, la consommation domestique patine toujours avec moins de 5 000 tonnes de coton utilisé localement.     

Le coton est le 4e contributeur aux recettes d’exportation agricoles de la Côte d’Ivoire derrière le cacao, le caoutchouc naturel et la noix de cajou. Le pays a produit 490 000 tonnes de la matière première en 2019/2020 et anticipe une récolte de 520 000 tonnes de coton graine en 2020/2021.  

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.