business
#Actualite #Finances #Investissements #Mali
Agence Ecofin
20 juillet 2021 Dernière mise à jour le Mardi 20 Juillet 2021 à 11:21

En une décennie, le stock des IDE entrants a été multiplié par trois, passant de 1,9 milliard à 6 milliards $, fin 2020. Une évolution, toutefois, en dents de scie, en raison des crises politico-sécuritaires répétitives.

Au Mali, les entrées d’investissements directs étrangers (IDE) ont baissé de plus de moitié à 308 millions $ (170 milliards FCFA) en 2020, révèle le dernier rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced).

Ce recul a lieu dans un environnement global morose, marqué par la crise sanitaire qui a induit une baisse de 35% des investissements étrangers mondiaux, essentiellement en Europe où ils ont chuté de 80%. A l’échelle continentale, les IDE vers l’Afrique sont tombés à 39,7 milliards $, soit un repli de 16%. Au Mali, la plupart des IDE sont orientés vers le secteur minier (exploitation de l’or), et les infrastructures.

Cependant, Bamako tente d’améliorer son climat des affaires avec la mise en place de l’Agence pour la promotion des investissements (API) qui sert de guichet unique pour les investisseurs potentiels. Equation complexe dans une économie qui pâtit fortement de l’instabilité politique et des problèmes de sécurité dans le nord. Une situation qui a tendance à dissuader les investisseurs.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.