caoutchouc
#Caoutchouc #Economie #Industrie #Usines #Ghana
Agence Ecofin
13 septembre 2021 Dernière mise à jour le Lundi 13 Septembre 2021 à 09:42

L’Afrique de l’Ouest fait partie des principales zones de production de caoutchouc naturel. Si dans la région, la Côte d’Ivoire règne en maître, d’autres pays comme le Ghana ont enregistré ces dernières années d’importants investissements dans l’industrie.

Au Ghana, le président Nana Akufo-Addo vient de lancer une nouvelle usine de production de caoutchouc dans le district de Wassa Est localisé dans la région Occidentale. D’un coût total de 2 millions $, l’unité dénommée « Narubiz » est dotée d’une capacité de transformation de 20 tonnes de latex par jour.

Elle s’approvisionnera en matières premières dans les régions Occidentale, Centrale et Nord-Ouest et expédiera principalement ses produits vers la Turquie, la Malaisie et Hong Kong. D’après les autorités, l’usine devrait générer chaque année, près de 10 millions $ de devises d’exportation et offre actuellement 1 300 emplois directs et indirects pour les différents acteurs de la chaîne de valeur du produit.

Ce projet a bénéficié notamment d’exonérations de droits de douane sur les importations des machines et des équipements de la part du gouvernement ainsi que d’un appui financier de 1,38 million $ de la banque ghanéenne GCB Bank.

Il s’inscrit en outre, dans le cadre du programme gouvernemental « One district-One factory (1D1F) » lancé en 2016. Pour rappel, le Ghana produit en moyenne 40 000 tonnes de caoutchouc par an. Le leader de l’industrie est la Ghana Rubber Estates Ltd (GREL), filiale ghanéenne de la Société Internationale de Plantations d’Hévéas (SIPH).

La compagnie dispose d’une concession de 15 000 hectares dont 13 000 sont plantés en hévéa et possède un réseau de fournisseurs indépendants comprenant 9 000 petits planteurs.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.