business
#Actualite #Aides #Economie #Fmi #Liberia
Agence Ecofin
2 décembre 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 2 Décembre 2021 à 11:46

Le Liberia a entrepris des réformes avec l'aide du FMI en vue de revitaliser son économie. Un accord de 4 ans signé avec l'institution financière devrait aboutir à terme, à relancer l'économie de ce pays riche en ressources naturelles.

Le Fonds monétaire international (FMI) va décaisser 23,6 millions de dollars en faveur du Liberia. L’annonce a été faite le 24 novembre, par l’institution financière via un communiqué publié sur son site Internet. Ce décaissement intervient après que le pays ouest-africain a passé avec succès la troisième revue au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).

Selon l’institution financière, bien que les résultats du programme présentent des nuances et que des retards aient été observés dans la « mise en œuvre du programme de réformes structurelles », le pays s’en est sorti avec « un résultat budgétaire favorable ». « Malgré les défis liés à la covid-19, les autorités ont maintenu le programme sur la bonne voie, et ont préservé la stabilité macroéconomique, le déficit budgétaire diminuant légèrement à 4,2% en 2020 », peut-on lire dans la note informative.

Le Liberia bénéficie ainsi de 94,8 millions de dollars de la part du FMI. Le pays, qui s’est engagé dans une politique de réformes supervisée par le FMI bénéficiera en tout, au terme de ce programme, de 240,3 millions de dollars. Ces fonds serviront non seulement à « renforcer sa position de réserve internationale », mais également à accompagner « son programme de vaccination et ses investissements publics ». L’objectif à terme, est de « restaurer la stabilité macroéconomique ».

Ce qui aura pour effet de faire redémarrer l’économie et résoudre les problèmes de gouvernance auxquels le pays est confronté. D’après la Banque africaine de développement (BAD), le PIB du Liberia s’est contracté trois fois, depuis 2015. Selon le FMI, 2021 devrait voir les prémices d’une progression au niveau de l’activité économique. L’institution s’attend à un taux de 3,6% cette année.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.