coton2
#Actualite #Afrique #Aliment #Coton #Entreprises #Importation #Kenya
Agence Ecofin
27 juin 2022 Dernière mise à jour le Lundi 27 Juin 2022 à 03:00

En Afrique, la législation sur les produits issus du génie génétique reste encore largement restrictive. Si cette situation réglementaire est un frein au développement de ce type de produits sur le continent, certains pays ouvrent progressivement leurs marchés depuis quelques années.

Au Kenya, l’exécutif vient de donner son feu vert à l’importation par 10 entreprises privées de 28 000 tonnes de tourteaux de graines de coton transgénique à des fins d’utilisation dans la fabrication d’aliments pour animaux.

Cette démarche inédite pour le pays qui jusqu’ici a reçu sur son territoire des produits agricoles OGM à des fins de recherche s’explique principalement par les difficultés du secteur de l’alimentation animale. Celle-ci doit en effet faire face depuis la fin de l’année dernière à une pénurie généralisée de matières premières essentiellement le maïs, le soja et les tourteaux d’oléagineux. 

Une situation liée à la sécheresse qui a entrainé une flambée des prix des formulations sur le marché intérieur et entretient l’angoisse des acteurs de l’aviculture et de la production laitière, les deux principaux consommateurs d’aliments de l’élevage. Avec cette approbation, le gouvernement ouvre un peu plus la brèche dans le marché intérieur, aux denrées OGM.

Déjà en mars dernier, les autorités avaient autorisé l’achat de 3,8 millions de sacs de maïs jaune OGM avec une pureté génétique de 99,1 %, balayant une exigence précédente qui n’acceptait que du maïs 100 % non-OGM. Une mesure visant à améliorer la disponibilité dans la matière première sur le plan local.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.