commonwealth
#Actualite #Afrique #Decideurs #Economie #Gouvernement #Kigali #RoyaumeUni #Rwanda #Gabon #Togo
Agence Ecofin
7 juillet 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 7 Juillet 2022 à 07:30

Issu de l’ancien empire britannique, le Commonwealth accueille de plus en plus de pays non liés historiquement avec le Royaume-Uni. Les enjeux qui motivent un tel intérêt sont aussi bien économiques que géopolitiques.

Les Républiques du Gabon et du Togo sont officiellement membres du Commonwealth. La nouvelle est tombée à l’issue du 26ème sommet des chefs d’État et gouvernements de l’organisation, le vendredi 24 juin 2022 à Kigali au Rwanda. L’aboutissement d’un processus d’examens minutieux sur plusieurs domaines (gouvernance, économie, social, etc.) qui a duré près de deux ans.

Pour Robert Dussey, ministre togolais des Affaires étrangères, « l’adhésion du Togo est motivée par le désir d’étendre son réseau diplomatique, politique et économique […] et de se rapprocher du monde anglophone. […] de redéfinir les relations bilatérales avec le Royaume-Uni en dehors de l’UE après le Brexit ». Il a ajouté que les « 2,5 milliards de consommateurs » du Commonwealth représentent des opportunités nouvelles, notamment en termes économique, géopolitique et éducatif.

« L’adhésion du Gabon au co est la reconnaissance du rôle de plus en plus important joué par le Gabon sur la scène internationale, en particulier sur la question du climat où notre pays est en première ligne » a déclaré de son côté le président gabonais, Ali Bongo, satisfait des perspectives diplomatiques qui sont ouvertes. 

Boris Johnson, le Premier ministre du Royaume-Uni, a quant à lui affirmé que l’intérêt des de nouveaux membres pour l’organisation est la preuve que cette dernière se porte bien. 

Pour rappel, le Gabon et le Togo sont les premiers pays à intégrer le Commonwealth depuis le Rwanda en 2009, et portent désormais à 56 le nombre de membres.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.