filiere poisson
#Actualite #Economie #Peche #Gabon
Denys Bédarride
16 février 2021 Dernière mise à jour le Mardi 16 Février 2021 à 16:09

En quête de diversification économique, le Gabon veut s’appuyer sur ses importantes ressources halieutiques. Dans un tel contexte, l’exécutif insiste sur la mise en place des principes d’une pêche durable et d’une industrie de transformation locale.

Après plusieurs mois de négociations, le Gabon et l’Union européenne (UE) viennent de tomber d’accord sur le développement et la transformation de la pêche au Gabon.

Le ministre gabonais de l’Agriculture, Biendi Maganga Moussavou, et l’ambassadrice de l’UE au Gabon ont signé, mercredi 10 février à Libreville, le protocole d’accord d’une valeur de 17 milliards FCFA, qui prendra en compte la protection de l’environnement marin au Gabon, révèle Le Nouveau Gabon.

« La logique du pilier Gabon Bleu c’est de faire en sorte que soit valorisé le potentiel halieutique de notre pays. C’est-à-dire préserver notre écosystème marin, faire en sorte que nous nous inscrivions dans une pêche durable et faire en sorte que les retombées de la pêche soient plus sensibles et plus visibles ici au Gabon, pour l’industrie gabonaise, pour les emplois gabonais, pour la création de richesse au Gabon », a déclaré Biendi Maganga Moussavou.

Pour Rosario Bento Pais, cet accord est différent des autres accords de pêche parce qu’il a une particularité de gouvernance des océans, de protection de l’environnement et des espèces, qui va un peu au-delà de ce qui a été fait jusqu’à maintenant.

Cet accord, d’une période de 6 ans, autorise les navires de l’UE venant d’Espagne et de France à pêcher dans les eaux gabonaises. Contrairement à ce qui se faisait avant, le Gabon veut que tous les bateaux qui viennent pêcher dans les eaux gabonaises acceptent de débarquer à Libreville et investissent dans la filière afin de générer un développement industriel.

Ce partenariat marque le début d’un long processus permettant de préserver et de mieux gérer les ressources halieutiques dont dispose le Gabon.

Il permettra de développer la transformation locale des produits tels que le thon et renforcer les activités de pêche.

Grâce à ce protocole, le Gabon va devoir se lancer dans la promotion de l’industrialisation de la filière pêche, car l’objectif du partenariat est, entre autres, de soutenir les efforts déployés par le pays pour développer le secteur de la pêche.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.