juba
#Covid19 #Economie #Financement #Fmi #Petrole #SoudanDuSud
Denys Bédarride
8 avril 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 8 Avril 2021 à 09:56

En crise depuis de nombreuses années, l’économie sud-soudanaise est actuellement doublement affectée par la pandémie de covid-19 et la fluctuation des cours du pétrole. La nouvelle aide du FMI est la deuxième depuis l’indépendance du pays, après une première annoncée en novembre 2020.

Le Soudan du Sud bénéficiera d’une aide d’urgence de 174,2 millions $ de la part du Fonds monétaire international (FMI). C’est ce qu’a annoncé l’institution dans un communiqué publié le mardi 30 mars 2021.

Selon l’institution, les fonds qui seront décaissés au titre d’une facilité de crédit rapide (FCR) serviront à financer les besoins urgents du pays en matière de balance des paiements tout en permettant de dégager une certaine marge de manœuvre budgétaire. Cela devrait permettre de maintenir les dépenses visant à réduire la pauvreté et à favoriser la croissance.

L’annonce intervient alors que l’économie sud-soudanaise en crise depuis de nombreuses années, a été récemment affectée par la baisse des cours du pétrole ainsi que la pandémie de covid-19 qui sont intervenues dans un contexte sécuritaire délétère. Malgré les réformes annoncées par le gouvernement, l’économie a enchaîné des contre-performances, et pour l’année fiscale 2020-2021, le FMI s’attend à une contraction de 4,2% du PIB.

« Le ralentissement économique a creusé le déficit budgétaire et le déficit de la balance des paiements ; ce qui a entraîné d’importants déficits de financement en l’absence de financement concessionnel. Dans le passé, la monétisation du déficit budgétaire a entraîné une forte inflation et une dépréciation importante du taux de change », indique l’institution.

« Le financement d’urgence du FMI au titre de la facilité de crédit rapide devrait permettre de répondre aux besoins de dépenses prioritaires, de catalyser le soutien des donateurs et de favoriser les réformes économiques essentielles envisagées dans le cadre du programme de suivi par le personnel. Des politiques budgétaires et monétaires prudentes sont nécessaires pour promouvoir la stabilité macroéconomique », a déclaré Mitsuhiro Furusawa (photo), directeur général adjoint du Fonds.

Notons néanmoins qu’une « modeste reprise économique est prévue pour l’exercice 2021/2022, dans le sillage du redressement des prix du pétrole ».

Source Agence Ecofin 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *