conakry guinee
#Actualite #AnalyseEconomique #CroissanceEconomique #Economie #Guinee
Agence Ecofin
10 mai 2021 Dernière mise à jour le Lundi 10 Mai 2021 à 16:05

Les mesures mises en place dans le cadre de la gestion de la propagation du coronavirus ont eu un impact négatif sur nombre d’économies africaines. Malgré ces contraintes, la Guinée fait partie des rares pays africains à avoir maintenu une croissance positive en 2020.

La Guinée a connu une croissance économique de 7 % en 2020, malgré la double crise sanitaire de covid-19 et d’Ebola. C’est ce que rapportent les services du Fonds monétaire international (FMI) dans un document publié le 30 avril 2021, à l’issue d’une mission virtuelle réalisée dans le pays.

Ce chiffre est nettement supérieur aux 5,2% annoncés par le Fonds dans son rapport sur les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne publié en avril.

Selon Clara Mira, chef de l’équipe des services du FMI, cette croissance a été favorisée par les résultats obtenus par le secteur minier au cours de l’année. Selon la Banque africaine de développement (BAD), le secteur a en effet enregistré une hausse de 18,4 % de son activité en 2020 contre 8 % en 2019, grâce notamment à l’augmentation de la demande chinoise en matières premières telles que la bauxite, dont la Guinée est devenue le principal fournisseur depuis 2017.

Toutefois, si les chiffres de 2020 semblent avoir été revus à la hausse, c’est tout le contraire pour les prévisions de 2021 estimées à 5,2 % contre 5,6% prévu initialement dans le cadre des perspectives économiques régionales de l’Afrique subsaharienne.

Ce ralentissement pourrait être dû notamment à l’impact de la situation sanitaire dans le pays sur l’économie non minière. En effet, d’après Clara Mira « malgré la mise en œuvre d’un plan de réponse rapide et bien structurée, la pandémie a fait des ravages dans l’économie non minière qui représente plus des ¾ du PIB total et emploie une grande majorité de la population », ajoutant que la croissance de ce pan de l’économie « reste modérée et ne devrait pas se redresser complètement avant 2022 ».

Notons que pour assurer une reprise efficace de l’économie guinéenne, l’institution a recommandé la mise en œuvre de réformes visant entre autres l’amélioration du recouvrement fiscal et le renforcement des capacités de l’exploitation minière.

De plus, le FMI a noté l’importance de la campagne de vaccination contre la covid-19 et de la mise en place d’un système d’accompagnement des couches les plus défavorisées, pour l’atteinte des objectifs de développement de la Guinée.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.