electricite
#Actualite #Economie #Electricite #Investissements #Tanzanie
Agence Ecofin
16 juin 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Juin 2021 à 11:53

A Zanzibar, près de la moitié de la population n’a pas accès à l’électricité. Pour remédier à cette situation, les autorités ont mis en place un projet avec l’appui de la banque mondiale.

L’Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale prévoit de financer l’accès à l’électricité à Zanzibar. 142 millions $ seront accordés ainsi au projet d’accès et de transformation du secteur énergétique de Zanzibar (ZESTA).

Ce montant comprend un prêt de 117 millions $ de l’IDA ainsi qu’un prêt de 22 millions $ et une subvention de 3 millions $ du Fonds pour les technologies propres (FTC).

Cet investissement permettra à près de 400 000 Zanzibaris d’avoir accès à l’électricité.

Selon Mara Warwick, représentante résidente de la Banque mondiale à Zanzibar, seuls 57 % des citoyens ont accès à l’électricité. « Des investissements dans l’énergie sont nécessaires de toute urgence pour contribuer à l’amélioration du capital humain, lever les obstacles à des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, et renforcer la productivité », a-t-elle déclaré.

Le projet se concentre sur le développement d’infrastructures d’énergie renouvelable et de stockage. Il permettra de développer la première centrale de production d’énergie renouvelable à l’échelle du réseau de l’île et une infrastructure de stockage par batterie.

Le deuxième objectif de cette initiative est la modernisation du réseau et l’extension de l’accès à l’électricité. Le dernier objectif consiste au renforcement institutionnel qui contribuera à améliorer les capacités pour la modernisation et la croissance du secteur électrique.

ZESTA représente le premier engagement de la Banque mondiale dans le secteur de l’énergie à Zanzibar. Ce projet sera mis en œuvre par le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Minéraux, la Zanzibar Electricity Corporation (ZECO) et la Zanzibar Utilities Regulatory Authority.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.