brazzaville
#Actualite #Dette #Economie #Congo
Agence Ecofin
29 juin 2021 Dernière mise à jour le Mardi 29 Juin 2021 à 11:03

Ces dernières années, le niveau de la dette du Congo a fortement augmenté, notamment à cause de la baisse du prix du pétrole et de la pandémie de covid-19. Pour faire face à cette situation, le pays a entamé des démarches auprès de ses créanciers pour obtenir une réduction de sa dette.

La Chine a l’intention de procéder à la restructuration de la dette du Congo envers elle. C’est ce qu’a annoncé le ministre congolais des Finances, Rigobert Roger Andely, au cours d’une conférence de presse le lundi 21 juin 2021. Selon le responsable, la décision a été prise au cours d’un entretien téléphonique entre le président congolais Denis Sassou Nguesso et son homologue chinois Xi Jinping.

Il a indiqué que le chef d’Etat congolais a demandé à ce que la dette de 2,4 milliards $ que le pays a envers la Chine soit rééchelonnée. Cela permettra au pays « d’avoir un peu plus de ressources pour faire face à ses propres besoins internes et de lever cet obstacle aux bonnes relations avec le FMI ».

En effet, en 2019, le Congo avait signé un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour bénéficier d’un programme de financement sur plusieurs années d’un montant de 449 millions $. Toutefois, les conséquences de la baisse du prix du pétrole en 2020 et du ralentissement des activités à cause de la covid-19 ont favorisé une augmentation de la dette du pays. Ainsi, le niveau de la dette est passé à 110% du PIB ; ce qui poussé le FMI à la déclarer « non viable » et à suspendre son aide financière après un premier décaissement d’une valeur de 45 millions $.

C’est dans ce sens que le ministre des Finances a indiqué que la question de la dette constitue le « point qui fait parfois mal à notre pays ». Pour rappel, en mai 2019, le Congo avait bénéficié d’un premier rééchelonnement de sa dette envers la Chine.

L’accord qui avait permis à Brazzaville d’entrer dans le programme axé sur la facilité élargie de crédit avec le FMI prévoyait un remboursement sur 3 ans d’un tiers de la dette, alors que le pays obtiendrait un report de 15 ans pour le remboursement du reste de la dette. Concernant le nouvel accord, les deux chefs d’Etat ont déclaré que les modalités seraient confiées à des experts des deux pays.

Notons qu’au cours d’une intervention devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, a indiqué que la dette du pays faisait 98% du PIB au 31 décembre 2020, et que l’objectif des autorités congolaises est de « la ramener en dessous de la norme communautaire de la CEMAC fixée à 70% du PIB ».

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.