medicament
#Actualite #Economie #Sante #Afrique
Denys Bédarride
30 septembre 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 30 Septembre 2021 à 09:43

Le continent africain ne peut pas externaliser sa santé vers le reste du monde et il faut « renforcer les capacités pharmaceutiques de l’Afrique », a déclaré Dr Akinwumi A. Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement, lors d’un panel sur la réduction des écarts en matière de santé organisé en marge de la 76èmesession de l’Assemblée générale des Nations unies.

« L’Afrique ne peut pas externaliser sa santé vers le reste du monde. Nous devons renforcer les capacités manufacturières internes du continent, a appelé le président Adesina. Nous devons nous sécuriser nous-mêmes », a-t-il affirmé en tirant l’un des plus grands enseignements de la pandémie : la nécessité pour l’Afrique de compter sur elle-même. « À long terme, il faut renforcer les capacités pharmaceutiques de l’Afrique », a-t-il insisté lors de ce panel organisé en visioconférence par l’Institut de l’initiative pour l’investissement futur, dans le cadre d’une série de sessions sur le thème des vaccins, de la résilience et de la santé mondiale.

Les dirigeants mondiaux ont mis en avant l’urgence d’intensifier la production et l’utilisation de vaccins contre le Covid-19 dans le sillage d’une pandémie qui a causé des pertes économiques sans précédent et anéanti des systèmes de soins de santé en Afrique.

La Banque africaine de développement va contribuer à la mise en place d’une industrie pharmaceutique en Afrique au cours des dix prochaines années avec un financement de trois milliards de dollars américains. Selon Mme Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les droits de propriété intellectuelle et le manque de matières premières rendaient encore plus difficile l’accès à l’industrie pharmaceutique pour les pays africains. « Nous prenons des mesures. Les chaînes d’approvisionnement pour les vaccins sont très compliquées (…).

Nous devons lever les restrictions afin que les fabricants puissent obtenir ce dont ils ont besoin, a-t-elle affirmé. Nous devons permettre le transfert de technologies. Nous ne pouvons pas être égoïstes. Des vies sont en jeu ! » Lors de ce panel animé par Richard Quest, présentateur à CNN, le vice-président et partenaire de Global Infrastructure Partners, Jim Yong Kim, a dénoncé le manque de leadership dans la crise sanitaire mondiale actuelle. « Où est la coalition qui dira que c’est un défi sans précédent ?, a-t-il interrogé.

Nous avons besoin de leadership. Nous avons eu un problème similaire avec le VIH. Nous pouvons résoudre le problème de pénurie de vaccins contre le Covid-19. » Mme Okonjo-Iweala a mis en avant ses deux priorités : d’une part, convaincre les pays qui ont des excédents de vaccins à en faire don à l’initiative COVAX, mise en place par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, l’Alliance GAVI pour les vaccins et l’OMS ; d’autre part, « convaincre les pays plus riches d’échanger leur place contre celle des pays pauvres sur la liste d’attente pour les vaccins. »

La 76e Assemblée générale de l’ONU se déroule en pleine pandémie de Covid-19, qui a durement affecté les économies africaines. Le PIB continental s’est contracté de 2,1 % en 2020, en repli de 6,1 points de pourcentage par rapport aux prévisions d’avant la crise. Seuls quelques pays ont tenu leur engagement de consacrer au moins 15 % de leur budget au maintien d’un système de santé adéquat.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.