#Commerce #Cooperation #Industrie #Ipemed #SommetAfriqueFrance #Afrique
Fiona Urbain
12 octobre 2021 Dernière mise à jour le Mardi 12 Octobre 2021 à 12:20

A l’occasion du Sommet Afrique-France qui s’est tenu à Montpellier le 8 octobre, Jean-Louis Guigou, Président de l’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED) livre sa vision sur les relations entre la France et les pays du continent africain.

L’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED) est un laboratoire d’idées. Son objectif est de rapprocher les rives nord et sud de la Méditerranée par l’économie et penser l’espace Afrique, Méditerranée, Europe.

« Le dernier espace à conquérir, le dernier continent à séduire, le dernier continent qui va être la cause de nos déceptions ou de notre grandeur, c’est l’Afrique » assure Jean-Louis Guigou, président de l’IPEMED. 

Le continent compte actuellement 1,5 milliard d’habitants et en comptera 3 milliards à horizon 2050. « Ils battent le record de la jeunesse et la Chine est en train de vieillir. Leur politique de un enfant par ménage a affaibli considérablement ce pays et c’est l’Afrique qui est la relève. Le président Macron a bien vu qu’il y avait 350 millions de francophones là bas. C’est un marché, mais les Africains ne sont pas dupes. » 

Pour Jean-Louis Guigou : « Il faut une rupture avec l’ordre ancien. Si c’est pour aller en Afrique, exploiter la main d’œuvre, leur vendre des produits non adaptés et prendre leurs matières premières pour les transformer à l’extérieur, nous courons à l’échec. Et donc les Africains nous disent : venez, mais vous devez changer de méthode, changer de comportement, changer du projet, changer de stratégie. Et la question qui se pose:  est ce que la France est ce que le président Macron est en mesure de faire faire cette révolution mentale et psychologique ? » 

SOMMET afrique france

L’exemple de l’Allemagne

« L’Europe qui est toujours dans un rapport dominant, dominé et conçoit l’Afrique comme un marché de consommation, marché de matières premières. »

« Globalement, la balance commerciale de l’Allemagne dégage 200 milliards de surplus et la balance commerciale de la France, c’est 200 milliards de déficit. Pourquoi l’Allemagne gagne de l’argent dans le commerce international ? L’Allemagne n’exporte pas de biens de consommation, elle va les produire en Afrique, elle exporte des machines outils et elle dit aux Africains industrialisez-vous, et nous nous produisons en France des produits adaptés au climat tempéré, non adapté à notre classe moyenne, mais pas adaptée aux marchés africains. Et les Africains ne volent pas nos biens de consommation. Ils veulent s’industrialiser !

« Nous attendons du président de Macron qu’il nous dise : oui, on a changé, on ne va plus vendre, mais on va aller produire sur place avec vous et pour vous. C’est ça, le pari de demain. »

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.