sante
#Actualite #Economie #Numerique #Sante #Ghana
Agence Ecofin
4 novembre 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 4 Novembre 2021 à 15:43

La République du Ghana a engagé sa transformation numérique depuis 2015. Les secteurs sur lesquels l’attention a beaucoup été focalisée ont été l’administration publique et les services financiers. Avec la Covid-19, le secteur de la santé a également gagné davantage d’intérêt.

Le gouvernement du Japon et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ont signé un protocole d’accord avec le gouvernement du Ghana le 22 octobre. Il porte sur la mise en œuvre du « Projet de solutions numériques pour la santé, la nutrition et les services médicaux ».

Un financement de 4,5 millions $ a été accordé à cet effet par les deux partenaires internationaux au Ghana. Le ministre de la Santé, Kwaku Agyeman-Manu, a déclaré que ce « projet s’appuie sur le protocole de coopération signé en 2019 entre le ministère de la Santé et le gouvernement du Japon, dans le cadre de l’Initiative japonaise pour la santé et le bien-être en Afrique ».

Il a souligné que le projet est opportun et pertinent, car l’utilisation de solutions numériques a pris une importance croissante dans l’amélioration de la fourniture des soins de santé, en particulier pendant la pandémie de Covid-19. Il a présenté la santé numérique comme l’un des moyens les plus sûrs de renforcer les systèmes de santé et d’élargir l’accès aux services de santé.

Le « Projet de solutions numériques pour la santé, la nutrition et les services médicaux » cadre avec le programme national de transformation numérique, e-Transform project, qu’a engagé le gouvernement ghanéen en 2014 et qui s’est accéléré dès 2015 avec le développement des infrastructures télécoms à haut débit, le lancement de l’e-gouvernement pour améliorer l’efficacité de l’administration publique, le déploiement de solutions de paiement numérique pour accroître l’inclusion financière.

Le ministre Kwaku Agyeman-Manu a déclaré que le financement obtenu par le Ghana soutiendra le déploiement national de l’e-Tracker et améliorera la prestation globale des services de santé en renforçant la collecte, l’analyse, l’utilisation et la gestion des données de santé et des ressources humaines pour améliorer la programmation et prise de décision.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.