pirogue
#Actualite #Decideurs #Economie #Peche #Togo
Agence Ecofin
24 novembre 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 24 Novembre 2021 à 17:37

L’opération va se dérouler jusqu’au 16 décembre 2021. Dans le même temps, au Gabon, dans Ogooué Maritime, l’activité de pêche sera conditionnée à l’octroi d’un titre de pêche dès 2022.

Au Togo, la Fédération nationale des Unions de coopératives de pêche invite tout navire opérant aux larges de la côte togolaise à demander son numéro d’identification. L’initiative permettra, selon le ministère de la pêche, de rendre visibles des pêcheurs en mer, et de lutter contre la piraterie en haute mer.

« L’immatriculation des pirogues permettra de retrouver celles-ci en cas de vol ou de détresse et de prévenir les risques d’insécurité car souvent, des pirates ou des criminels utilisent des pirogues non identifiées à des fins criminelles », a confié le ministère à travers un tweet.

A la suite de cette campagne, annoncent les autorités maritimes, une visite d’inspection sera effectuée sur la pirogue pour identifier le type de pêche pratiqué et les genres de filets utilisés, « afin de s’assurer que le propriétaire de la pirogue respecte les lois et règlements qui régissent la pêche maritime ».

Au Togo, la pêche reste artisanale alors que le secteur d’après les chiffres officiels, le secteur emploie plus de 22 000 personnes, dont 55% de femmes. Dans le même esprit, le directeur provincial de la Pêche et de l’Aquaculture de l’Ogooué-Maritime, Ange Marie Ngobou Ngobou a récemment demandé aux pécheurs de Port-Gentil, d’Omboué et de Gamba de se munir d’une carte de pêche pour pouvoir exercer leurs activités dès 2022.

« Tout le monde est éligible, mais à condition de présenter un dossier complet », a souligné le directeur provincial. La pêche maritime au Gabon (hors pêche sous accords privés ou de partenariats) reste une activité relativement modeste en termes de production, selon la direction générale des pêches et de l’aquaculture.

Celle-ci est estimée à 30 000 tonnes par an, soit 20 000 tonnes pour la pêche artisanale et 8 600 tonnes pour la pêche industrielle côtière.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *