cacao
#Actualite #Agroalimentaire #Cacao #Economie #Investissement #VieDesEntreprises #Nigeria
Agence Ecofin
15 décembre 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 15 Décembre 2021 à 12:34

Au Nigeria comme chez les autres fournisseurs de cacao, la question de la valeur ajoutée créée par la filière se pose avec acuité. Si dans le pays le plus peuplé du continent, la transformation de la fève est encore très faible, plusieurs entreprises locales s’engagent pour améliorer la situation.

Au Nigeria, une nouvelle usine de transformation de cacao vient d’être mise en service par la compagnie agroalimentaire Johnvents. Installée à Akure dans l’Etat d’Ondo dans le sud-ouest du pays, l’unité a nécessité un investissement total de 15 milliards de nairas, soit environ 36 millions $. Elle est dotée d’une capacité de traitement de 15 000 tonnes de fèves de cacao en plusieurs produits dérivés comme la poudre, le gâteau, la liqueur ou le beurre à destination de l’industrie locale et du marché international (Europe, Asie et Amérique).

D’après John Alamu, directeur général de CapitalSage, maison mère de Johnvents Industries, ce projet permettra de créer 300 emplois directs et 17 000 emplois indirects aussi bien au sein de l’Etat d’Ondo que dans le reste du pays. Plus largement, la compagnie entend contribuer par cette initiative à l’accroissement de la valeur ajoutée créée sur place par la filière cacao nigériane. Dans le pays en effet, seulement 10 % de la récolte annuelle s’élevant en moyenne à 250 000 tonnes, est transformée actuellement. Une situation qui engendre un manque à gagner considérable aussi bien en termes économiques que sur le plan des emplois. Pour rappel, le Nigeria est le 5ème producteur mondial de cacao derrière la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Equateur et le Cameroun. Le pays a exporté pour 38 milliards de nairas (93 millions $) de fèves entre juillet et septembre dernier.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.