42185350320 3cd444669d c
#Actualite #Banque #Economie #Engrais #Gaz #Guerre #Inflation #Petrole #Russie #Ukraine #Zimbabwe
Agence Ecofin
13 avril 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 13 Avril 2022 à 07:30

Face aux pressions inflationnistes mondiales, le Zimbabwe a décidé de réduire le niveau de liquidités au sein de son économie. D’après la Banque centrale, bien que l’inflation mensuelle soit en baisse entre février et mars, elle a augmenté sur une base annuelle.

La Banque centrale du Zimbabwe vient de faire passer son principal taux directeur de 60% à 80%. L’annonce a été faite par l’institution dans un communiqué publié ce lundi 4 avril 2022.

Cette décision est motivée, apprend-on, par le niveau d’inflation jugé « inquiétant » dans le pays, dans un contexte de hausse des cours mondiaux des produits de base due à la crise russo-ukrainienne. Bien que sur une base mensuelle, l’inflation soit passée de 6,9% à 6,3% entre février et mars 2022, elle a augmenté sur une base annuelle, passant de 66,11 % en mars 2021 à 72,70 % en mars 2022.

« Le Comité a noté en particulier que l’inflation mondiale était en hausse en raison du conflit en cours entre la Russie et l’Ukraine, qui a eu des effets secondaires sur les prix nationaux et internationaux. La hausse des prix du pétrole, du gaz, des engrais et d’autres produits connexes a eu pour effet d’accroître l’inflation mondiale et a inévitablement eu un impact négatif sur les coûts de production intérieurs, déstabilisant le marché des changes ».

Faut-il le rappeler, le Zimbabwe a dû faire face ces dernières années à une hyperinflation qui a plongé l’économie dans une crise encore non résolue. Après un recul du PIB entre 2019 et 2020, le FMI indique que la croissance économique a connu un rebond à 5,1% en 2021 et est désormais attendue à 3,1% pour 2022. Des attentes que pourraient compromettre l’impact de la crise russo-ukrainienne sur l’économie mondiale.

« À cet égard, le Comité a réitéré la nécessité pour la Banque de rester concentrée sur la réduction de l’inflation et de mettre en place des mesures politiques supplémentaires en réponse à la résurgence des pressions inflationnistes et aux activités du marché parallèle des devises » précise la note d’information de la Banque centrale.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.