Capture décran 2022 04 16 à 01.54.56
#Actualite #Cooperation #Covid19 #Crise #Developpement #Diplomatie #Economie #Energie #EtatsUnis #Financement #GazNaturel #Infrastructure #Investisseurs #Petrogazier #Russie #Sante #Transports #Ukraine #Tanzanie
Agence Ecofin
25 avril 2022 Dernière mise à jour le Lundi 25 Avril 2022 à 07:30

Avec de nombreux projets de développement en cours dans le secteur des infrastructures, des transports et de l’énergie, la Tanzanie essaye d’attirer davantage d’investisseurs au sein de son économie. Une ambition portée par sa présidente, Samia Suluhu Hassan, en fonction depuis 2021.

La présidente tanzanienne, Samia Suluhu Hassan, a rencontré la vice-présidente américaine, Kamala Harris, le vendredi 15 avril. C’est ce que rapporte l’agence de presse Bloomberg citant des officiels de la Maison Blanche.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la visite entamée par la dirigeante tanzanienne au pays de l’Oncle Sam depuis le mercredi 13 avril. A Washington, les deux personnalités ont discuté des opportunités d’investissements au sein de leurs économies.

Cette visite intervient alors que la Tanzanie cherche à attirer davantage d’investisseurs pour financer ses ambitieux projets de développement, notamment dans le secteur des infrastructures, des transports et de l’énergie. Parmi ceux-ci figure notamment le projet de construction d’un terminal de production et d’exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) estimé à plus de 30 milliards $. Ce projet devrait susciter l’intérêt de nombreux partenaires internationaux, dans un contexte marqué par la crise russo-ukrainienne qui menace de redistribuer les cartes du secteur pétro-gazier mondial.

D’après les autorités américaines, les discussions entre les deux responsables politiques concerneront également des questions de santé et d’autres sujets.

Samia Suluhu Hassan était la vice-présidente de John Magufuli décédé brutalement le 17 mars 2021. Ayant pris sa succession deux jours plus tard, et pour quatre années, elle est devenue la première femme présidente du pays. Depuis son arrivée au pouvoir, elle a multiplié les rencontres avec les investisseurs pour attirer plus de financements au sein de l’économie tanzanienne, dans un contexte marqué par la relance économique post-covid-19.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.