numerique afrique
#Actualite #Afrique #Decideurs #FibreOptique #Gouvernement #Internet #Numerique #Mauritanie
Agence Ecofin
26 mai 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 26 Mai 2022 à 07:30

ACE, le seul câble sous-marin de fibre optique auquel est connectée la Mauritanie, est souvent sujet à des dysfonctionnements qui perturbent les services Internet dans le pays. Le gouvernement veut pallier ce problème alors que la transformation numérique s’accélère en Afrique.

Le gouvernement mauritanien prévoit de lancer très prochainement un second câble sous-marin pour renforcer la connexion Internet dans le pays. C’est ce qu’a révélé Cheikh El Kébir ould Moulaye Taher, ministre mauritanien de la Transformation numérique, de l’Innovation et de la Modernisation de l’administration, le lundi 16 mai. 

Cette infrastructure, dont le nom n’a pas encore été dévoilé, viendra renforcer le câble African Coast to Europe (ACE) auquel le pays s’est connecté en 2011 et dont il dépend essentiellement pour les services Internet à haut débit. Des pannes qui surviennent fréquemment sur cette infrastructure provoquent une perturbation des services Internet dans le pays.

Cette initiative cadre avec la volonté du gouvernement de pallier les dysfonctionnements du premier câble et de garantir aux populations une connectivité Internet à haut débit fiable, dans un contexte marqué par l’accélération de la transformation numérique à travers le continent. En 2021, le gouvernement a obtenu le soutien financier de la Banque mondiale, à travers son guichet International Development Association, et de la Banque européenne d’investissement qui contribuent à hauteur de 10 millions € et 25 millions € respectivement. 

Une fois finalisé, le nouveau câble devrait permettre de fournir aux populations et aux entreprises mauritaniennes une connectivité Internet à haut débit fiable et de qualité, tout en accélérant la transformation numérique du pays. Selon M. Cheikh El Kébir ould Moulaye Taher, le gouvernement prévoit de numériser des dizaines de services publics et d’adopter l’e-gouvernement pour améliorer les performances de l’administration. 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.