#Agriculture #Benin #Importations #Nigeria #Riz #Taxe #Cameroun
Denys Bédarride
22 juillet 2020 Dernière mise à jour le Mercredi 22 Juillet 2020 à 10:30

En effet, les chiffres officiels rapportent un volume importé de 803 505 tonnes de la céréale. Ces Importations excèdent largement la demande nationale et reflètent la persistance des réseaux de contrebande vers le Nigeria.

Au cours de l’année 2019, dix opérateurs économiques ont importé une cargaison totale de 803 505 tonnes de riz sur le territoire camerounais, révèle une correspondance officielle émanant du ministère du Commerce.

Il s’agit d’un « volume record, jusque-là inégalé », souligne le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, dans une correspondance adressée le 6 juillet 2020 au président du groupement des importateurs de riz du Cameroun.

Ces importations de riz de l’année 2019 dépassent largement la demande nationale qui est estimée à seulement 576 949 tonnes par le ministère de l’Agriculture, pour le compte de l’année 2020 courante.

En supposant que la demande nationale n’a pas évolué entre 2019 et 2020, ces statistiques officielles révèlent des importations de près de 367 266 tonnes en plus, en considérant que la production nationale de 140 710 tonnes, projetée en 2020, soit effectivement consommée localement (une bonne partie est exportée vers le Nigeria).

Le gap ainsi enregistré révèle la persistance des réseaux de réexportation du riz destiné au marché camerounais vers les pays voisins, dans lesquels les prix sont jugés plus rémunérateurs par les opérateurs économiques. Ce phénomène avait pris de l’ampleur entre 2014 et 2016, avec l’explosion de la Taxe à l’importation du riz (110%) décidée par les autorités nigérianes, à l’effet d’encourager la production locale.

A la suite de cette mesure, et profitant de la détaxe du riz au Cameroun depuis les émeutes de la faim de février 2008 (taxe restaurée en 2016), « les importateurs nigérians (préféraient) s’approvisionner au Bénin ou au Cameroun, et faire entrer leur marchandise en contrebande dans le pays », avait révélé la Seaport Terminal Operators Association of Nigeria (STOAN), le regroupement des opérateurs des places portuaires du Nigeria.

Pour rappel, le riz est la denrée alimentaire la plus importée par le Cameroun. Officiellement, entre 2015 et 2018, les importations de riz du pays se sont chiffrées à 652,6 milliards FCFA, soit en moyenne 163 milliards chaque année.

Afin de renverser cette tendance, le gouvernement a mis en place des projets visant à encourager la production de cette céréale. Pour le compte de l’année 2020, par exemple, le ministère de l’Agriculture annonce un programme d’aménagement de 35 700 hectares supplémentaires de périmètre hydroagricole, ce qui permettra de mettre sur le marché au moins 350 000 tonnes de riz blanchi à l’horizon 2023. Mais, cette projection est toujours largement en dessous de la demande nationale actuelle.

Source Agence Ecofin juillet 2020

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.