agriculture 1
#Actualite #Agriculture #Economie #AfriqueDuSud
Denys Bédarride
18 février 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 18 Février 2021 à 12:02

En Afrique du Sud, l’agriculture représente l’un des principaux contributeurs à la croissance économique. Si avec le coronavirus au début de l’année 2020, les craintes ont émergé sur la santé de secteur qui est surtout porté à l’export, il a toutefois bien résisté.

En Afrique du Sud, le secteur agricole a enregistré une performance exceptionnelle en 2020 en dépit de la mauvaise conjoncture mondiale liée au coronavirus.

Selon les données publiées le 15 février par la Chambre des entreprises agricoles (Agbiz), les exportations agricoles ont en effet rapporté 10,2 milliards $ au terme de ladite année.

Si ce chiffre marque une légère hausse de 3 % par rapport à l’année dernière, il représente surtout le second plus haut niveau de l’histoire du pays après le record de 10,7 milliards $ affiché en 2018.

Selon Agbiz, cette prouesse a été le résultat d’une production agricole importante qui a permis d’augmenter le volume des expéditions et d’une meilleure compétitivité des produits sur le marché mondial avec la faiblesse de la monnaie locale (rand).

Sur la période, les principaux produits exportés en valeur ont été les agrumes, les raisins, le vin, les pommes, les poires, le maïs, les noix, le sucre, la laine et les jus de fruits. Les destinations phares demeurent le continent africain (38 %), l’Europe (27 %) et l’Asie (25 %).

Globalement, la bonne performance du segment de l’exportation associé au recul des importations agroalimentaires (-8 % à 5,9 milliards $) ont contribué à porter le surplus de la balance agricole à 4,3 milliards $, soit le niveau le plus élevé jamais atteint.

Avec ce résultat positif, l’Afrique du Sud vient confirmer encore une fois son statut de leader agricole du continent africain et demeure l’un des rares pays à afficher un excédent net agricole.

Dans le pays, le secteur fournit environ 13 % des exportations de marchandises et représente près de 5 % du PIB.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.