vin
#Actualite #Agriculture #Economie #Viniculture #Kenya
Denys Bédarride
18 février 2021 Dernière mise à jour le Jeudi 18 Février 2021 à 11:23

La compagnie kenyane KWAL, leader dans la production de spiritueux lance les travaux de construction d’une nouvelle usine de fabrication de boissons.

Avec la hausse des revenus et l’essor de la classe moyenne, la consommation de boissons continue d’augmenter. Une opportunité que compte bien saisir le producteur local KWAL qui y mène de nouveaux investissements.

La compagnie kenyane KWAL, leader dans la production de spiritueux a lancé le 15 février dernier les travaux de construction d’une nouvelle usine de fabrication de boissons dans le parc industriel de Ruiru, situé dans la ville de Tatu.

D’un coût global de 4 milliards de shillings (36,5 millions $), cette unité est la première du genre, installée par l’entreprise depuis plus de deux décennies.

Selon Lina Githuka, directrice générale de l’entreprise, l’usine sera ultramoderne afin de satisfaire la demande et les goûts des consommateurs et sera accompagnée par un centre de distribution ainsi que des bureaux pour les employés.

Avec un tel investissement, KWAL espère accroître sa présence sur un marché kenyan des spiritueux et des vins qui est l’un des plus dynamiques d’Afrique de l’Est et où la concurrence vient d’acteurs comme Pernod Ricard, numéro 2 mondial des vins et spiritueux.

Pour cette nouvelle aventure, la compagnie pourra compter sur l’expérience du groupe Distell principal producteur sud-africain de vins, spiritueux et ready-to-drinks (RTD) qui détient plus de 55 % de son capital. Fondée en 1969, KWAL dispose notamment d’un portefeuille de marques de premier plan sur le marché local dont Kibao, Viceroy et Amarula.

Source Agence Ecofin

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.