coton2
#Actualite #Agriculture #Coton #Economie #Tissus #Cameroun
Agence Ecofin
4 mai 2021 Dernière mise à jour le Mardi 4 Mai 2021 à 11:32

Les relations houleuses entre la Sodecoton et la Cicam, en raison des défauts de paiement récurrents de cette dernière, ont déjà conduit à la fermeture de l’usine de Garoua, au Cameroun, en octobre 2020.

D’ici le 10 mai 2021, l’usine de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) de Garoua, dans la partie septentrionale du pays, ne disposera plus de matière première (coton) pour produire les écrus (tissus non imprimés), produits semi-finis destinés à la production des tissus à l’usine Cicam de Douala, la capitale économique camerounaise.

En effet, depuis trois semaines, apprend-on de bonnes sources, la Société de développement du coton (Sodecoton) a une nouvelle fois suspendu les livraisons de coton à l’usine de la Cicam de Garoua, à cause de l’accumulation des impayés.

Selon le protocole d’accord qui lie les deux entreprises, le producteur de coton est fondé à interrompre les livraisons à la Cicam, dès lors que l’encours de sa dette atteint 200 millions FCFA. A ce jour, la Sodecoton réclame à la Cicam des impayés d’au moins 1,3 milliard FCFA, révèle une source autorisée.

Cette décision de la Sodecoton contraint l’usine de la Cicam de Garoua à tourner depuis plusieurs jours avec un dernier stock de matière première, qui devrait s’épuiser d’ici le 10 mai 2021, fait remarquer Investir au Cameroun.

Avec pour conséquence directe, l’arrêt des activités et la mise au chômage des 352 employés de l’usine de Garoua. Les mêmes faits avaient déjà produit les mêmes effets en octobre 2020.

Mais, à la suite d’une instruction de la présidence de la République, la Sodecoton avait dû reprendre ses livraisons de coton à l’usine de la Cicam de Garoua, induisant du même coup la reprise des activités de production des écrus, dès le 2 février 2021.

A peine deux mois plus tard, c’est le retour à la case départ. Ces rapports tumultueux entre la Sodecoton et la Cicam ne sont pas de bon augure pour la réalisation du rapprochement stratégique entre ces deux entreprises, à l’effet de mettre en place une industrie textile robuste, comme le prévoit la Stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND 30).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.