digital camputer
#Actualite #Economie #LeveesDeFonds #Startup #Nigeria
Agence Ecofin
11 mai 2021 Dernière mise à jour le Mardi 11 Mai 2021 à 09:35

De janvier à mars 2021, les start-up nigérianes ont atteint et dépassé le total du montant qu’elles ont levé durant toute l’année 2020. Les fintech dominent par la taille des ressources mobilisées, mais seulement deux entreprises se sont démarquées avec des financements records.

Au Nigeria, les start-up ont levé 219 millions $ sur les trois premiers mois de l’année 2021, a appris l’Agence Ecofin d’un récent rapport publié par la plateforme d’informations Techpoint Africa.

Le montant dépasse largement le total des fonds mobilisés par les entreprises technologiques nigérianes durant toute l’année 2020. Les fintech qui sont spécialisées dans les services financiers ont mobilisé 90 % du total des fonds collectés.

C’est le premier secteur d’activité financé au cours de la période. Deux fintech ont contribué à près de 90 % au montant total des fonds, dont la société de paiement numérique Flutterwave qui en mars, a levé 170 millions $ devenant une licorne africaine avec une valorisation dépassant le milliard $.

Sur la vingtaine de start-up qui ont été financées par une cinquantaine d’investisseurs particuliers et institutionnels, 9 ont levé jusqu’à 1 million $. Bien évidemment, les fintech étaient majoritaires, au nombre desquelles Blankly, Cowrywise et Kuda qui ont bouclé plus d’un million $ de fonds, entre janvier et mars 2021.

Malgré la crise, les fintech et plus spécifiquement les sociétés de paiements restent attractives pour les investisseurs. « Les opportunités de croissance dans le domaine des paiements au Nigeria n’ont sans doute pas d’équivalent sur le continent […] Il y a tellement de potentiel inexploité », estimait fin 2019, Segun Agbaje, directeur général de Guaranty Trust Bank.

Signalons que les 219 millions $ récoltés au cours du premier trimestre 2021 sont de loin supérieurs aux 55,37 millions $ obtenus sur la même période en 2020 par les start-up nigérianes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.