coton2
#Actualite #Agriculture #AnalyseEconomique #Coton #Economie #AfriqueDeLOuest
Denys Bédarride
9 juin 2021 Dernière mise à jour le Mercredi 9 Juin 2021 à 09:56

En Afrique de l’Ouest, le coton est l’une des principales cultures de rente. Si avec la pandémie de coronavirus, la filière avait connu un ralentissement, tous les voyants sont à nouveau au vert pour la campagne 2021/2022.

En Afrique de l’Ouest, le segment de l’égrenage reprendra des couleurs en 2021/2022. Durant ladite saison, la production de coton-fibre est en effet prévue pour grimper à 1,46 million de tonnes, soit une hausse de 38 % par rapport au volume de la campagne précédente (1 million de tonnes) et un nouveau record.

C’est ce qu’indique le Comité consultatif international du coton (ICAC) dans sa dernière note mensuelle publiée le 1er juin. Cette dynamique s’explique notamment par des prix plus rémunérateurs d’une année sur l’autre, qui incitent les producteurs de coton graine à accroître leurs investissements notamment au Mali et au Burkina Faso.

Dans le premier pays qui a vu sa récolte s’effondrer en 2020/2021, la hausse de 80 Fcfa du tarif de vente du kg de coton à 280 Fcfa devrait motiver les exploitants à cultiver près de 800 000 hectares contre 165 000 hectares un an plus tôt.

Du côté du Burkina Faso où le prix de cession fixé pour cette campagne est le plus haut depuis 5 ans (270 Fcfa/kg), les autorités anticipent notamment une récolte de 629 500 tonnes de coton graine contre 492 600 tonnes en 2020/2021.

Dans d’autres pays comme la Côte d’Ivoire et le Bénin, les récoltes attendues en hausse durant cette campagne devraient également améliorer les activités d’égrenage.

D’après le groupe intergouvernemental, le segment des exportations enregistrera aussi un volume record avec 1,44 million de tonnes de fibre qui seront destinées au marché international en 2021/2022.

Plus globalement, les perspectives reluisantes pour le secteur cotonnier dans la sous-région ouest-africaine s’inscrivent dans un contexte mondial de reprise pour l’industrie.

Alors que la production globale de la fibre devrait augmenter de 5,5 % à 25,5 millions de tonnes, la consommation connaîtra un gain de 2 % à 25,3 millions de tonnes tandis que le commerce global se situera à 10 millions de tonnes.

Pour rappel, l’Afrique de l’Ouest produit plus de 2 millions de tonnes de coton graine par an.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.