sante
#Actualite #Economie #Sante #CoteDIvoire
Agence Ecofin
26 juillet 2021 Dernière mise à jour le Lundi 26 Juillet 2021 à 11:32

Après les investissements en cours pour relever le niveau des centres de santé publics du pays, le gouvernement ivoirien veut désormais accompagner le secteur privé médical. Ce, grâce au programme AMEF de la SFI.

La Côte d’Ivoire bénéficiera d’un financement de 300 millions $ de la Société financière internationale (SFI) pour développer le secteur médical du pays. L’accord a été signé le vendredi 16 juillet par le gouvernement et l’organisation appartenant au Groupe de la Banque mondiale.

Les fonds seront décaissés dans le cadre du programme pour l’accès aux équipements médicaux en Afrique (AMEF) de la SFI. Ils serviront à accompagner le développement des acteurs privés du secteur médical ivoirien, en finançant notamment les petites et moyennes entreprises (PME) exerçant dans le domaine.

Pour le gouvernement ivoirien, l’objectif clairement affiché est de faire du pays un véritable hub médical en Afrique de l’Ouest, en s’appuyant sur le secteur privé. « Notre objectif est de faire en sorte que le secteur privé grandisse, et grandisse très vite.

L’un des axes forts du projet de société que nous avons est de faire en sorte que les Ivoiriens qui ont entrepris, qui ont créé des cliniques, aient la possibilité de passer de cliniques en centres hospitaliers, en hôpitaux sous-régionaux pour que la Côte d’Ivoire devienne une destination de tourisme hospitalier, un hub médical », a ainsi indiqué le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi.

Dans cette optique, il est prévu que les entreprises médicales ivoiriennes du secteur privé puissent se procurer des équipements auprès des sociétés américaine General Electric et néerlandaise Philips. L’objectif est de permettre aux cliniques d’obtenir leurs équipements à bas coûts, et avec un accès plus facile aux pièces de rechange.

Notons que cette stratégie s’ajoute à celle du développement du secteur public de la santé mise en œuvre par le gouvernement. En 2019, les autorités avaient annoncé vouloir mobiliser 1658 milliards FCFA (2,9 milliards $) pour des investissements dans le domaine de la santé sur la période 2020-2024.

Sept piliers avaient alors été identifiés à savoir : la santé communautaire ; la qualité des soins de santé primaires ; les ressources humaines ; les systèmes d’information sanitaire ; la chaîne d’approvisionnement ; l’intégration du secteur privé ; et les réformes clés de financement de la santé.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.