#Actualite #Agriculture #Alimentation #Cereale #Climat #Famine #Inondations #ONU #SoudanDuSud
Denys Bédarride
6 janvier 2022 Dernière mise à jour le Jeudi 6 Janvier 2022 à 17:00

Les fortes inondations au Soudan du Sud ont détruit environ 37 624 tonnes de céréales cette année, selon le dernier rapport préliminaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Le FAO a déclaré que 65 107 hectares de terres ont été submergés depuis mai.

« Une analyse préliminaire de la FAO indique qu’environ 65 107 hectares de terres cultivées ont été endommagés par les inondations, avec une perte estimée à 37 624 tonnes de céréales, ce qui devrait avoir des conséquences négatives sur la sécurité alimentaire des populations touchées », indique le rapport consulté par l’agence Anadolu.

Le rapport note que plus de 835 000 personnes ont été touchées par les inondations dans huit des dix États du pays, Jonglei, Unity et le Haut-Nil étant les plus touchés.

« La majorité des personnes touchées par les inondations ont du mal à survivre, car les inondations des années précédentes n’ont pas encore reculé et le nouvel afflux d’eau aggrave la situation, rendant la perspective d’une reprise difficile, voire impossible », indique le rapport qui précise également que 795 558 têtes de bétail ont péri à cause des inondations de cette année dans huit États du Soudan du Sud.

« Cela inclut les bovins, les chèvres et les moutons, ainsi qu’un nombre inconnu de volailles, de chiens et d’ânes », selon le bilan établi par l’institution onusienne.

Le Soudan du Sud vit l’une des pires famines au monde, avec 2,5 millions de personnes en situation d’urgence ou des niveaux pires d’insécurité alimentaire aiguë, dont 108 000 personnes seraient déjà confrontées à des conditions proches de la famine, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le rapport du FAO note également que 4,7 millions de personnes sont déjà en crise, ajoutant qu’il s’agit probablement de la pire situation de sécurité alimentaire depuis que le pays est devenu indépendant en juillet 2011.

Le Soudan du Sud est très vulnérable au changement climatique, notamment aux inondations, aux sécheresses et, plus récemment, à une infestation de criquets. Le changement climatique à long terme, tel qu’une augmentation progressive de la température et des changements à court terme, spécifiquement la multiplication des inondations, ont des implications indirectes et interdépendantes pour la paix et la sécurité au Soudan du Sud.

Certaines régions du pays connaissent leurs pires inondations depuis 60 ans et l’ONU lie la situation au changement climatique.

Pour certaines régions, il s’agit de la troisième année consécutive d’inondations extrêmes, mettant en danger les moyens de subsistance du plus jeune pays du monde.

En plus des inondations, une guerre civile de cinq ans, la faim et la corruption ont ravagé le pays. Désormais, le changement climatique est impossible à ignorer.

Source Agence Anadolu 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *