avocat
#Actualite #Agricole #Alimentaire #Avocat #Chine #Fruits #Gouvernement #Kenya
Agence Ecofin
2 mars 2022 Dernière mise à jour le Mercredi 2 Mars 2022 à 12:23

Depuis 5 ans, le secteur horticole kenyan s’est lancé dans une stratégie de diversification de ses débouchés au-delà du marché traditionnel que représente l’Union Européenne (UE). Dans le cadre de cette démarche, le pays s’intéresse particulièrement à la Chine, premier marché agricole mondial.

Au Kenya, la filière avocat retrouve le sourire. Le gouvernement chinois vient en effet d’autoriser les importations du fruit sous forme fraîche. Jusqu’ici l’empire du Milieu n’acceptait que le fruit surgelé afin de minimiser la présence de la mouche des fruits. 

D’après Theophilus Mutui, directeur général du Service d’inspection phytosanitaire (KEPHIS), cette approbation est le résultat d’une analyse rigoureuse des risques phytosanitaires conduite par l’Organisme chinois de la protection des végétaux.

Selon le responsable, les acteurs désirant exporter de l’avocat frais se verront imposer un traitement de leurs fruits par fumigation pour s’assurer qu’ils sont exempts d’organismes nuisibles susceptibles de quarantaine sur le territoire chinois, en plus d’une inspection de leurs cargaisons.

Par ailleurs, ceux-ci sont tenus de respecter les bonnes pratiques agricoles afin de garantir des conditions sanitaires appropriées de culture et devront également mettre en place des programmes de gestion intégrée des nuisibles.

Plus globalement, ce feu vert devrait permettre à l’industrie kenyane de tirer enfin profit de l’accord commercial conclu en 2019, qui lui avait ouvert les portes du marché chinois où la consommation du fruit pourrait doubler chaque année selon l’Organisation mondiale de l’avocat (WAO).

Avec des exportations qui dépassent actuellement les 80 000 tonnes par an, le pays a affiché depuis 3 ans, son ambition de se faire une place sur cette destination qui s’approvisionne actuellement auprès des pays latino-américains comme le Chili, le Mexique et le Pérou.

A terme, les autorités kenyanes prévoient notamment que la Chine absorbe 40 % de la récolte nationale du fruit.   

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.