mali turquie
#Actualite #Afrique #Commerce #Echanges #EchangesMediterraneens #Turquie #Mali
Denys Bédarride
26 juin 2022 Dernière mise à jour le Dimanche 26 Juin 2022 à 07:30

Les échanges commerciaux entre le Mali et la Turquie sont estimés à 200 millions de dollars (environ 111 milliards de Franc CFA) a déclaré, Fatih Altunbas, chef de la délégation des hommes d’affaires turcs, lors du lancement du Forum d’affaires Mali-Turquie à Bamako présidé par le Premier ministre Malien, Choguel Kokalla Maiga.

A l’initiative de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM), ”cet aspect d’échanges et de partenariat se veut gagnant-gagnant entre milieux d’affaires maliens et turcs dans divers secteurs d’activités”, a indiqué Youssouf Bathily Président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM).

Il vise également à densifier les relations de coopération entre les deux pays en passant en revue l’évolution des relations commerciales.

« Ce niveau des relations économiques et commerciales reste en deçà des potentialités et des perspectives entre nos deux pays », a déclaré le chef du gouvernement, Choguel Kokalla Maiga, ajoutant que « ce forum d’affaires contribuera à réaliser des objectifs communs poursuivis par le Mali et Türkiye, afin de faire de la coopération bilatérale un exemple réussi ».

Fatih Altunbas, chef de la délégation des hommes d’affaires turcs, a affirmé que « les objectifs en termes d’échanges commerciaux entre nos deux pays sont estimés à 200 millions de dollars (environ 111 milliards de francs CFA) » avant d’interpeller ses compatriotes hommes d’affaires à redoubler d’efforts en s’investissant et en saisissants les opportunités gagnant-gagnant au Mali.

Il souhaite, cependant, que « le gouvernement malien supprime la demande de visas pour les hommes d’affaires turcs, les hommes d’affaires qui ont des passeports verts (passeports spéciaux) ça va faciliter leur arrivée au Mali ».

« Pour ce qui est de la demande concernant le visas, je crois que c’est une idée qui peut être examinée avec bienveillance, avec bien sûr en arrière-plan la possibilité de la réciprocité. Mais en attendant que les formalités juridiques et diplomatiques soient réglées même si je sais que ce n’est pas en un jour », a promis le Chef gouvernement malien Choguel Kokalla Maiga.

Et d’ajouter : « on pourrait donner de parts et d’autres aux différents services de frontières de faciliter le processus de déplacements des opérateurs économiques de parts et d’autres ».

Cette rencontre d’une journée a mobilisé plusieurs hommes d’affaires turcs et opérateurs économiques maliens évoluant dans les domaines de l’énergie, des télécommunications, des BTP, des équipements militaires.

Youssouf Bathily, président de la CCIM, a de son côté souligné que « les échanges doivent permettre d’évoquer des questions relatives à la réalisation de grandes projets de développement socioéconomique, de promotion des Petites et moyennes industries (PMI) et des Petites et moyennes entreprises (PME), afin de créer le maximum d’emplois pour la jeunesse malienne ».

Il a, en outre, assuré que « la CCIM porte deux grands projets : une cimenterie d’une capacité de 500 000 à un million de tonnes par an et une unité de filature pouvant transformer 10% du coton malien qu’elle a présentées à ses partenaires turcs. Le fait d’assurer le lead par la CCIM permet de susciter les investissements et rassurer les partenaires ».

Murat Mustafa Onart ambassadeur de Türkiye au Mali, se réjouissant de l’équilibre des relations économiques entre les deux pays, a souligné que ”son pays a gardé ses portes ouvertes aux Maliens malgré le contexte de la Covid-19 et la situation sociopolitique complexe”.

”Cette rencontre intervient au moment où le Mali s’est engagé dans l’accroissement de la compétitivité économique inclusive à travers la diversification de ses partenaires”, a indiqué le ministre du l’Industrie et du Commerce Mahmoud Ould Mohamed, avant d’inviter les hommes d’affaires turcs à venir investir au Mali, assurant que les opportunités d’investissement rentables sont énormes au regard de la structure du marché national et de la situation géographique de notre pays.

Source Agence Anadolu 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.