accra capitale ghana
#Actualite #Afrique #Decideurs #Economie #Gouvernement #Tourisme #Ghana
Agence Ecofin
17 juillet 2022 Dernière mise à jour le Dimanche 17 Juillet 2022 à 07:30

L’arrivée de la covid-19 en 2020 a plombé les résultats touristiques du Ghana qui avait lancé une stratégie ambitieuse, il y a quelques années. Désormais, les autorités veulent s’appuyer sur le tourisme domestique pour relancer le secteur et diversifier l’économie.

Le gouvernement ghanéen prévoit d’attirer un million de touristes nationaux dans le pays cette année. C’est ce qu’a annoncé le lundi 4 juillet, Mark Okraku Mantey, vice-ministre ghanéen du Tourisme, lors du deuxième forum trimestriel de partenariat public-privé (PPPF) de l’Autorité touristique du Ghana.

D’après le responsable, l’objectif est de relancer un secteur fortement affecté par la covid-19 qui a fait baisser les arrivées touristiques nationales de 600 000 à 200 000 personnes. Il s’agit également de préparer le pays à saisir les opportunités qui lui seront offertes par la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

En développant le tourisme interne, le gouvernement envisage ainsi d’accélérer son programme de diversification qui vise à faire reposer l’économie ghanéenne sur plusieurs piliers, dont celui touristique, entre 2022 et 2025. D’ici 2024, Accra souhaite générer 4 milliards $ de revenus touristiques et ainsi faire du secteur, l’un des premiers contributeurs au PIB national.

Dans cette optique, le gouvernement a adopté depuis quelques années, plusieurs stratégies pour améliorer la visibilité de son patrimoine culturel et touristique. En 2019, le pays a lancé le programme « Year of Return » ciblant les membres de sa diaspora, et en avril dernier, une nouvelle stratégie dénommée « Destination Ghana » a été dévoilée, avec pour but d’attirer d’ici 2024, un million de touristes en provenance d’Europe.

D’après le vice-ministre Mantey, les objectifs affichés par le gouvernement nécessitent de travailler en synergie avec le secteur privé national.

« L’amélioration de la culture et de ses atouts artistiques nécessite également un partenariat public-privé, car il s’agit d’un élément important du produit touristique qui crée un caractère distinctif sur le marché mondial surchargé » a-t-il indiqué dans des propos relayés par le site d’information Graphic Online.  

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.